• Jeûner (sawm), en langue arabe, signifie s'abstenir, se retenir de. Le jeûne du mois de Ramadan, dans le cadre de l'Islam, consiste à s'abstenir, par piété, de manger, boire, d'avoir des relations sexuelles et de tout ce qui est susceptible d'annuler le jeûne. Cette abstinence a lieu du levé du couché du soleil.

    Le premier jour, le musulman doit effectuer une grande ablution et formule l'intention de jeûner. Cette formulation doit être effectuer chaque jour, avant le début du jeûne (lever du soleil). Le hadith suivant nous l'indique.

    Malik's Mouwatta, livre 18, numéro 18.2.5

    Abdallâh ibn 'Oumar rapporte que le prophète avait l'habitude de dire : "Seulement celui qui fait l'intention de jeûner avant le levé du soleil jeûnera (véritablement). ". Ibn Shihab rapporta que A'isha et Hafsa, les épouses du prophète, l'on aussi rapporté.
    Pour ce qui est de la rupture, le prophète1 avait une formulation particulière, comme l'indique ce hadith.
    Sounnah Abou Daoud, Livre 13, Numéro 2351

    Rapporté par Mou'adh ibn Zouhrah : "Le prophète de Dieu avait l'habitude de dire quand il rompait le jeûne : "Ô Dieu, C'est pour toi que j'ai jeûné et c'est avec ce bien [la nourriture avec laquelle on rompt le jeûne] que je vais rompre le jeûne."
    Quand a-t-il lieu?
    Le jeûne a donc lieu pendant tout le mois lunaire de Ramadân, qui fait soit 29, soit 30 jours, comme le précise le Coran...
    Sourate 2, Versert 185
    "(Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne!"

    ...et ce hadith rapporté par Abou Hourayrah.

    Sahih Mouslim, Livre 6, numéro 2378 :

    Le prophète de Dieu a dit : "Dès que vous apercevez la nouvelle lune (du mois de Ramadan), jeûnez, et dès que vous l'observez (la nouvelle lune de Chawwal), rompez-le ; et si le ciel est nuageux, alors jeûner pendant trente jours.".
    Le jeûne n'est pas autorisé le jour de la fête de fin du ramadan (Aïd-al-Fitr). Le hadith suivant nous l'indique.
    Sahih Mouslim, Livre 6, numéro 2534 :

    Abou Hourayrah rapporte : "Le messager de Dieu a interdit le jeûne pendant deux jours : le jour de l'aïd-al-Fitr et celui de l'aïd-al-Adha (fête du sacrifice).
    Qui doit le faire?
    Tout(e) musulman(e) pubère et disposant de toutes ses facultés mentales est dans l'obligation d'effectuer le jeûne du mois de Ramadan. Les seules personnes devant obligatoirement s'abstenir du jeûne sont :

    La femme pendant ses périodes de menstrues ou de lochies

    Sahih Al Boukhari, Volume 3, Livre 31, Numéro 172 :

    Abou Saïd a rapporté : "Le prophète a dit : "N'est-ce point la vérité que les femmes ne prient pas et ne jeûnent pas en période de menstrues?"."

    La personne atteinte de folie
    Par ailleurs, les personnes pouvant s'abstenir de jeûner sont :
    Le voyageur, si la distance parcourue permet le permet (le critère est le même que pour la réduction de la prière, soit environ 80 km)
    Sourate 2, Versert 185
    "...Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre un égal d'autres jours..."

    La personne malade ou très âgée, craignant pour sa santé (voir le verset ci-dessus)
    La femme enceinte et celle qui allaite, si elles craignent pour leur santé et/ou celle de l'enfant
    Qu'est-ce qui annule le jeûne?
    Voici les éléments qui annulent le jeûne :

    L'introduction d'une substance à l'intérieur de son corps, sauf s'il s'agit de sa propre salive, pure, sans mélange et restée à l'intérieur de la bouche
    Le rapport sexuel
    La masturbation (acte faisant sortir le sperme au moyen, par exemple, de la main)
    Se faire vomir
    Apostasier
    La personne qui a annulé le jeûne de manière volontaire pour l'une des raisons cités précédemment doit savoir qu'elle a commis un très grand péché. Elle devra, dans un premier temps, rattraper ce jour annulé. Ensuite, elle devra s'acquitter d'une expiation qui consiste à libérer un esclave musulman. S'il ne le peut pas, il devra jeûner deux mois successifs. S'il ne le peut pas, il devra donner à manger à 60 pauvres (cela consiste à donner à chacun un moudd - il s'agit du plein des deux mains jointes, pour des mains de taille moyenne - de blé ou autre chose parmi les aliments de base du pays). Le hadith suivant l'indique clairement.
    Sahih Al Boukhari, Volume 3, Livre 31, Numéro 158 :

    Abou Hourayrah rapporte qu'un homme vint vers le prophète et dit : " J'ai eu une relation sexuelle avec mon épouse pendant le mois de Ramadan (en cours de jeûne). ". Le messager de Dieu lui demanda : "Peux-tu affranchir un esclave (comme expiation)?". Il répondit négativement. Le prophète lui demanda : "Peux-tu jeûner pendant deux mois consécutifs?". Il répondit négativement. Il lui demanda : "Peux-tu nourrir 60 pauvres?". Il répondit négativement. Alors, quelqu'un apporta un grand panier de dates au messager de Dieu et il dit (à l'homme) : "Prend ceci et nourris-en les pauvres en guise d'expiation.". L'homme dit alors : "Messager de Dieu, dois-je nourrir des gens plus pauvre que nous? Il n'y a pas de demeure plus pauvre que la notre entre toutes celles qui se trouvent entre les montagnes de Médine!". Le prophète dit : "Alors nourri ta famille avec.".
    1 : : Que la Paix et le Salut soient sur lui.

    source:islamfrance.free.fr
    Partager via Gmail


  • "C'est le début du mois de Ramadân pour les musulmans. Ils doivent s'abstenir de boire et de manger du lever jusqu'au coucher du soleil."

    Cette phrase, qui d'entre nous ne l'a jamais entendu, à la télévision, à la radio... ou lu dans les journaux. "Mais cela doit être dur, comment vous faites? Je ne pourrais pas...". Cette remarque fait également partie des grands classiques que les musulmans entendent régulièrement, à l'approche, pendant ou après le mois sacré du Ramadân.

    Force est de constater que l'opinion publique, en très grande majorité, focalise toujours (il faut dire qu'on ne lui offre pas beaucoup d'alternative) sur le "Comment?" du Ramadân et non sur le "Pourquoi?". Malheureusement, c'est aussi trop souvent le cas pour de nombreux frères et sœurs, en France notamment. Dès leur plus jeune âge, le Ramadân s'est résumé à se lever à 4 heure du matin pour manger, se priver de boisson et de nourriture pendant la journée et manger le soir après le couché du soleil. Il n'est pas étonnant qu'ils ne savent pas pourquoi ils jeûnent ; certains ont d'ailleurs abandonné cet important pilier de l'Islam. Et pourtant, le Coran et la tradition du prophète Mouhammad(1) rassemblent d'importants éléments sur le Ramadân, son importance, sa signification, les conditions pour qu'il se déroule bien, etc.

    Sourate 2, Versert 183-1
    "Ô croyants! Nous vous avons prescrit le jeûne (Al-Siyam)..."


    L'objectif de tout Musulman est de plaire à Dieu pour gagner le Paradis. Plaire à Dieu, c'est l'aimer, le craindre et lui obéir. Le verset ci-dessus, extrait du Coran, indique clairement que le jeûne est une obligation pour tout musulman en âge et en capacité de le faire. Mais le jeûne n'est pas une obligation apparue à l'époque du prophète Mouhammad(1). Il existait déjà depuis des millénaires. Les précédents prophètes jeûnaient également.

    Toute personne remplissant les conditions et sachant qu'elle doit jeûner doit donc respecter les règles du jeûne.

    Sourate 2, Versert 182
    "...Donc, quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne!"


    La première raison pour laquelle un musulman jeûne est pour obéir à Dieu. Ce mois de Ramadân peut être perçu comme une bénédiction de Dieu. Dieu nous commande de le suivre et nous indique que nous avons en nos prophètes (Que la paix soit sur eux) de beaux exemples.

    Sourate 43, Versert 59
    "Il (Jésus) n'était qu'un serviteur que Nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemple aux Enfants d'Israël."

    Sourate 60, Versert 4
    "Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en Abraham et en ceux qui étaient avec lui,"


    Comme indiqué précédemment, le jeûne n'est pas quelque chose de nouveau. Personne ne sait depuis quel descendant d'Adam (Que la paix soit sur lui), le premier homme musulman, la prescription du jeûne a commencé. Mais nous savons que c'était une pratique commune à tous les prophètes. Moussa (Moïse) et 'Aïsa (Jésus), que la paix soit sur eux, avaient pour habitude de jeûner 40 jours. Daoud (Que la paix soit sur lui) jeûnait un jour sur deux, d'après le prophète Mouhammad(1). Lui, avant la révélation, avait pour habitude de jeûner 3 jours par mois.

    Sourate 2, Versert 183-2
    "Ô croyants! Nous vous avons prescrit le jeûne (Al-Siyam) comme nous l'avons prescrit à ceux d'avant vous..."


    Cest pour cela que la deuxième raison pour laquelle un musulman jeûne est son désire de suivre la tradition des prophètes de l'Islam, modèles de piété pour tout être humain vivant sur terre. Cette piété, souvent référencé dans le Coran, nous essayons tous de l'atteindre et le jeûne effectué pendant le mois de Ramadân nous y aide.

    Sourate 2, Versert 177
    "La piété ne consiste point en ce que vous tourniez vos visages vers le Levant ou le Couchant. Vertueux sont ceux qui croient en Dieu et au jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, qui donnent pour l'amour de Dieu des secours à leurs proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide, et pour délier les jougs, qui observent la prière, qui font l'aumône. Et ceux qui remplissent les engagements qu'ils contractent, se montrent patients dans l'adversité, dans les temps durs et dans les temps de violences. Ceux-là sont justes et craignent le Seigneur."


    La piété est un tout, un ensemble. Tout être humain est susceptible de commettre des péchés et de transgresser la loi divine. Cela peut être dû à notre ignorance, à Shaïtan (Satan). Les musulmans doivent ainsi faire particulièrement attention à l'hypocrisie, au mensonge, à la tricherie et au vol, à l'usurpation... particulièrement pendant ce mois sacré. Mais étant des êtres humains, nous avons besoin d'être guidé et rappelé sur le droit chemin. Dans un certain sens, on pourrait considérer le mois de Ramadân comme une période d'entraînement permettant au croyant d'apprendre à se rapprocher de Dieu en multipliant les actes de piétés (charité, prière, invocations...) et à mettre fin aux vices qui le rongent et le tourmentent. Pendant ce mois, le croyant :

    Effectue ses cinq prières obligatoires et s'efforce de les faire à l'heure, communiquant directement avec le Seigneur et se rapprochant ainsi de lui,
    Fait la Zakat-al-Fitr (Aumône de fin de Ramadân), lui rappelant qu'il doit s'acquitter de sa Zakat annuelle,
    Effectue la Salat al-Tarawih, après celle de Al-'Isha, rappelant au musulman qu'il peut aussi effectuer, au courant de l'année, des prières supplémentaires, augmentant ainsi sa foi et son rapprochement vers Dieu,
    Arrêter les vices, tels que le tabac, l'alcool... qui sont déjà interdit et penser à sa santé et à celle des autres,
    Réprimer ses passions qui détournent du chemin de Dieu et trouver une juste mesure, un juste milieu à toute chose,
    Le fait de jeûner est un moyen de penser à ceux qui ne souffrent de malnutrition, dans la mesure ou le croyant ressent dans sa chair ce que peut ressentir une personne qui a faim. Il a conscience de la valeur des biens que Dieu lui offre tel que la nourriture et évite ainsi le gaspillage.
    etc...
    Ainsi, le musulman sera-t-il en mesure d'accroître sa piété, troisième objectif du jeûne pendant ce mois sacré, comme le dit ce verset :
    Sourate 2, Versert 183
    "Ô croyants! Nous vous avons prescrit le jeûne (Al-Siyam) comme nous l'avons prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété,"


    Le mois de Ramadân, c'est un moment historique. En effet, c'est pendant ce mois que le Coran a été révélé au cours d'une nuit, appelée Nuit du Destin (Laylat-ul Qadr), au prophète Mouhammad(1), comme l'indique ce verset :

    Sourate 2, Versert 185-1
    "(Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement."


    Cette nuit est d'autant plus particulière puisqu'elle vaut plus que mille mois (voir verset ci-dessous) soit environ 83 ans!

    Sourate 97
    "1. Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr.
    2. Et qui te dira ce qu'est la nuit d'Al-Qadr?
    3. La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois.
    4. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l'Esprit, par la permission de leur Seigneur pour tout ordre.
    5. Elle est paix et salut jusqu'à l'apparition de l'aube."


    Dieu invite tous les musulmans à rechercher cette nuit et à lire le Coran, faire des invocations, demander pardon, etc. Dieu et son messager sont les seuls à savoir quand est cette nuit. La seule indication laissée par le prophète Mouhammad(1) est qu'elle a lieu un jour impair et dans les 10 derniers jour du mois de Ramadân (i.e. 21, 23, 25, 27 ou 29). Cette imprécision est volontaire car le musulman ne doit pas se contenter de prier durant cette nuit mais doit être présent durant tout ce mois qui lui servira de "modèle" pour le reste de l'année. Bénéficier de la bénédiction de la nuit du Destin, tel est la quatrième raison pour laquelle le musulman jeûne.

    L'Islam est un Dîn égalitaire. Tous les êtres vivant sur cette terre sont égaux devant Dieu ; le seul critère que Dieu applique pour les différencier est celui de la piété et cela est d'autant plus vrai pendant le mois de Ramadân ou, quelle que soit sa catégorie sociale et sa richesse, le jeûne est obligatoire pour le croyant. Pendant le mois de Ramadân, le croyant cherche à être pardonné pour ses péchés ; s'il n'est pas fortuné, le pèlerinage lui est difficile, ce qui n'est pas le cas pour une personne aisée. Le hadith (parole du prophète) ci-dessous confirme bien ce signe de clémence et de miséricorde de Dieu.

    Sahih Al-Boukhari. Volume 3, Livre 31, Numéro 125 - Rapporté par Abou Hourayrah :


    Le prophète Mouhammad a dit : "...celui qui jeûne pendant le mois de Ramadân avec une foi sincère et la volonté de gagner le pardon de Dieu, alors tous ses précédents péchés seront pardonnés."

    Le Ramadân unie les musulmans, qui sont tous frères et soeurs devant Dieu, désirant sincèrement être pardonnés de leurs péchés. Mais n'oublions pas une chose, le jeûne pendant le mois de Ramadân est un pilier de l'islam ; c'est donc quelque chose de très important. Il est le seul pilier qui englobe tous les autres car :

    Pour pouvoir jeûner et voir son jeûne agréé, il faut être musulman et par conséquent, avoir dit le témoignage de foi,
    Un musulman sincère fait la prière régulièrement. Ainsi, ne pas prier pendant le Ramadân, mois pendant lequel on se rapproche de Dieu, reviendrait à remplir un seau troué avec une cuillère!
    La Zakat est une taxe pour les musulmans qui en ont les moyens ; elle permet, à un certain niveau, de réduire les inégalités. Pendant le mois de Ramadân, le croyant doit également s'acquitter d'une taxe avant ou le jour de la fête de fin du Ramadân (Aïd al-Fitr).
    Le pèlerinage permet de se purifier et de se faire pardonner de tous ses péchés ; jeûner de manière sincère pendant le mois de Ramadân a le même résultat.
    Ainsi, il est d'une grande importance pour les musulmans de jeûner. Nous pouvons conclure avec une parole du prophète Mouhammad(1) :

    "Si les croyants avaient véritablement conscience de la bénédiction qu'il y a dans le fait de jeûner durant le mois de Ramadân, ils souhaiteraient que ce mois dure toute l'année."

    Ces informations ne sont pas exhaustives. Elles tentent juste de donner des éléments de réponses à la question "Mais pourquoi jeûne-t-on pendant le mois de Ramadân?". J'espère que ces quelques mots vous auront été utiles ; que Dieu nous aide. Ci-dessous un poème (traduit de l'anglais) dont nous ne connaissons pas l'auteur :


    "Bienvenu à toi, Oh Ramadân!
    Le mois de la bénédiction,
    Le mois tellement attendu par les musulmans pour jeûner,
    Le mois qui accroît la foi des musulmans,
    Le mois qui rassemble les bons et moins bons musulmans,
    Le mois pendant lequel le Coran est récité plus souvent que tous les autres mois réunis,
    Oh tendre Ramadân, te voici à nouveau avec nous, Le mois de la piété pendant lequel nous réprimons nos passions,
    Oh Ramadan, soit le bienvenu!
    Le seul mois qui possède la nuit du destin,
    Le seul mois pendant lequel les anges descendent en troupe,
    Le mois ou les riches et les pauvres voient leur péchés effacés,
    Oh Ramadan, les leçons que tu nous enseignes ne seront pas oubliées,
    Oh Ramadan, nous espérions tant te revoir en bonne forme,
    Bienvenue,
    Oh Ramadân!"
    1 : : Que la Paix et le Salut soient sur lui.
    Source:islamfrance.free.fr

    Partager via Gmail

  • Toutes nos louanges à Allah, le Seigneur des mondes. Lui qui a révélé dans Son glorieux Coran : « Ô, vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit à ceux avant vous pour que vous remplissiez votre devoir envers votre Seigneur (que vous ayez Taqwa) » (Sourate 2 :185)

    Puissent les bénédictions et la paix d'Allah être sur Son dernier Messager Muhammad ibn Abdullah. Ô vous qui croyez, le Ramadan est un mois sacré durant lequel Allah Tout-Puissant teste constamment Ses créatures et donne à l'humanité l'opportunité de satisfaire Son Plaisir.


    Le rôle du jeûne


    Le jeûne permet de purifier et de développer la conscience de notre relation avec Allah. Cette Taqwa est une protection contre les desseins du shaytan (Satan) et de ce monde. Allah nous a informé que : « Quiconque accomplit son devoir envers Allah (a la Taqwa), Il lui ménage une issue et lui donne des moyens de subsistance là où il n'aurait pu les imaginer. Et celui qui fait confiance à Allah, Il lui suffit. Assurément Allah atteint Son but. Allah a assigné une mesure à toute chose. » (Sourate 65 :2-3 )

    Pendant le Ramadan, allégé des contraintes de la nourriture, le croyant doit faire plus d'efforts et être plus enclin à lutter pour Allah. Le Prophète vécut environ neuf Ramadan après l'Hégire. Ces mois étaient riches en évènements décisifs et nous ont laissé des exemples brillants des notions de sacrifice et de soumission à Allah.


    Quelques évènements passés pendant le mois de ramadan

    L'année suivant l'Hégire, le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa salam) envoya Hamza ibn Abdul Muttalib avec 30 cavaliers Musulmans à Saif al-Bahr pour vérifier que 300 cavaliers Quraish avaient bien campé dans cette région. Les Musulmans étaient sur le point d'engager le combat avec les mécréants, mais ils furent séparés par Majdy ibn Umar al-Juhany. Les hypocrites de Médine, espérant briser l'unité des Musulmans, construisirent leur propre mosquée (appelée Masjid al-Dhihar). Le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) ordonna la destruction de cette mosquée pendant le Ramadan.

    Le 17 du mois du Ramadan, en l'an de 2 après l'Hégire, Allah Le Tout-Puissant détacha la vérité du mensonge lors de la Grande Bataille de Badr. Allah leur a donné une victoire décisive ce jour du Ramadan, que personne n'oubliera jamais.

    En l'an 6 après l'Hégire, Zaid ibn Haritha fut envoyé à Wadi al-Qura à la tête d'un détachement pour affronter Fatimah bint Rabiah, la souveraine de cette région. Fatimah avait attaqué précédemment une caravane menée par Zaid et avait réussi à le piller de sa richesse. Elle était réputée comme étant la femme la plus protégée de l'Arabie, avec les 50 épées de ses proches parents qu'elle gardait suspendues chez elle. Fatimah était également connue pour sa farouche opposition contre l'Islam. Elle fut tuée dans une bataille contre les Musulmans pendant le mois de Ramadan.

    Avant la fin du Ramadan de l'an 8 après l'Hégire, le traité de Hudaibiyya fut rompu alors que les armées musulmanes étaient en campagne contre les Byzantins dans le Nord. Le prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) sentit le besoin de porter un coup fatal à l'incrédulité dans la Péninsule Arabique et il finit par conquérir la ville de la Mecque au mois de Ramadan. C'est l'une des dates les plus importantes de l'histoire islamique car c'est suite à cette conquête que l'Islam s'ancra fermement dans la Péninsule. Ce même mois et cette même année, après la destruction des idoles de la Mecque, des détachements furent envoyés dans les centres principaux du polythéisme pour anéantir al-Lat, Manat et Suwa, et les autres idoles de l'Arabie.

    Tel était le mois du Ramadan à l'époque du Prophète. C'était une période de purification, d'exhortation au bien, d'interdiction du mal, et d'investissements monétaires et personnels pour faire prédominer les paroles d'Allah et faire de l'Islam la religion dominante. Après la mort du Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam), les Musulmans perpétuèrent cette Sunnah et Allah utilisa les vrais croyants pour affecter le cours de l'histoire. Le Ramadan continuait à être une période d'épreuves et d'évènements cruciaux.

    92 ans après l'Hégire au mois de Ramadan, Musa ibn Nusair, le gouverneur Omeyyade d'Afrique du Nord, et son courageux général Tariq ibn Ziyad réussirent à libérer toute l'Espagne, la Sicile et la France. C'était le début de l'âge d'or d'Al-Andalous où les Musulmans régnèrent pendant plus de 700 ans.

    En l'an 682 après l'Hégire, Salahuddin al-Ayyubi, après avoir combattu les Croisés pendant des années, parvint à les chasser de la Syrie et à libérer tous les territoires occupés durant le mois du Ramadan. Le monde musulman allait encore devoir faire face alors à l'un de ses plus grands défis. Au septième siècle après l'hégire, les Mongols balayaient l'Asie détruisant tout sur leur passage, et Gengis Khan s'était surnommé lui-même « le fléau de Dieu envoyé pour punir l'humanité de ses péchés ».

    En l'an 617 de l'Hégire, Samarcande, Ray, et Hamdan furent mises à sac et 700 000 personnes furent tuées ou capturées. En l'an 656 de l'Hégire, Hulagu, le petit-fils de Gengis Khan continuait sa destruction.

    Même Bagdad, la ville principale du monde musulman, fut détruite. Certaines estimations font état de 1800000 morts musulmans dans cet horrible carnage. Les Chrétiens purent manger du porc et boire du vin ouvertement alors que les Musulmans survivants étaient forcés de participer à ces beuveries. Du vin fut déversé dans les masjids et l'Adhan (appel à la prière) fut interdit. A la suite d'un tel désastre et face à cette menace qui pesait d'une part sur le monde musulman entier, et d'autre part sur l'Europe, Allah (swt) intervint en permettant à Saifuddin Qutz d'unifier l'armée musulmane et d'affronter les Mongols à Ain Jalut le 26 du mois de Ramadan, en l'an 648 après l'Hégire.

    Malgré la forte pression, les Musulmans, grâce à Allah, à une habile stratégie et à un courage sans faille, écrasèrent l'armée mongole et renversèrent le raz-de-marée de l'horreur. Le monde civilisé entier poussa un soupir de soulagement et cette délivrance inspira un grand respect pour ces nobles fils de l'Islam.

    Tel était l'esprit du Ramadan qui a permis à nos pieux prédécesseurs de faire face à ce qui semblait être des défis impossibles. Il s'agissait d'une période d'activités intenses : ils passaient leurs jours en jeûne et leurs nuits en prière à faire appel à la Clémence et le Pardon d'Allah.

    Aujourd'hui, le monde musulman se retrouve confronté à une occupation impérialiste, à une agression militaire, à une corruption planétaire et à des souverains oppressants. Nous avons certainement besoin de croyants capables de suivre les pas de notre Prophète bien aimé des illustres Sahabah, de Tariq ibn Ziyad, de Qutuz, de Salahuddin et des innombrables héros de l'Islam. Assurément, nous avons besoin de croyants qui ne craignent pas les menaces des mécréants, et qui restent bons et humbles envers les croyants : des Musulmans dont le jeûne est complet et ne se limite pas à la faim et la soif.

    Puisse Allah faire de nous la génération de Musulmans qui pourra porter l'Islam aux quatre coins du globe, et puisse-t-Il nous donner la force et le succès pour établir les fondations appropriées à la loi islamique pour les prochaines générations. Puisse Allah faire de nous ceux qui appliquent l'Islam pendant le mois du Ramadan et le perpétuent après. Assurément, Allah et Ses Anges invoquent les bénédictions et la paix sur notre Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam). Ô vous qui croyez, invoquez vos bénédictions et votre paix sur lui.
    __________________
    la fraternité est plus forte qu'une pseudo amitié !! sahih wa moujarrab!!
    Source:Bladi.ne

    Partager via Gmail

  • Alors qu'ils cherchaient des os de dinosaures dans le Niger actuel, des scientifiques ont découvert un vaste cimetière humain permettant de mieux connaître les peuples qui habitaient cette région et leur environnement, c'est-à-dire un Sahara verdoyant.

    Ce cimetière de l'Âge de pierre - le plus grand qui ait été découvert à ce jour dans le Sahara - était situé tout près d'un lac. En plus de la présence humaine, la nature humide de cet environnement préhistorique a été révélée par les ossements d'animaux.

    «Partout où vous regardiez, il y avait des os appartenant à des animaux qui ne vivent pas dans le désert. J'ai compris que nous étions dans le Sahara vert.», explique Paul Sereno, professeur à l'Université de Chicago et explorateur pour le National Geographic.

    En effet, éléphants, girafes, phacochères et gnous peuplaient la région alors qu'elle était verdoyante. Dans les lacs de l'époque vivaient des perches du Nil puis, ultérieurement, des poissons-chats et des tilapias.

    Baptisée Gobero par les Touaregs - peuple nomade qui parcourt notamment le Sahara -, la région de ce cimetière préhistorique aurait été habitée par deux peuples distincts, et à deux époques différentes. En tout, les archéologues auraient découvert environ 200 sépultures.

    Le peuple plus ancien - les Kiffians - aurait occupé la région pendant une période humide d'environ 2000 ans, qui a débuté il y a 10.000 ans. Les Kiffians étaient des chasseurs, comme l'indiquent les perches munies d'un harpon trouvées sur les lieux, et certains individus pouvaient facilement dépasser la taille de 1 mètre 83.

    Selon l'équipe de chercheurs dirigée par Paul Sereno, l'occupation de cette zone aurait ensuite connu un intermède de quelque 1000 ans, période au cours de laquelle la région aurait été très aride.

    Par la suite, c'est-à-dire il y a 7000 ans, le retour des pluies a permis la colonisation de la région par un second peuple, de plus petite stature: les Ténéréens . D'après les chercheurs, les Ténéréens vivaient de la chasse et de la pêche, mais aussi de l'élevage du bétail. Ce peuple aurait quitté la région avec le retour du dessèchement, il y a 4500 ans.

    Outre, leur stature et leur mode de vie différents, ces deux peuples ont aussi été distingués par leurs poteries et leurs ornements distincts. Les scientifiques sont parvenus à reconstruire la séquence des événements grâce à une nouvelle technique basée sur la datation au carbone 14.

    Vous trouverez davantage de détails dans l'article Green Sahara et dans l'album de photos du National Geographic, dans le communiqué de l'Université de Chicago ainsi que dans l'article complet Lakeside Cemeteries in the Sahara: 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change.

    Publié par Jean-Charles Condo à 9H10
    Source:sciencebranchez-vous.com
    Partager via Gmail

  • TAHOUA / ADER
    La région de tahoua est limitée au nord-ouest par la république du mali, à l'est par les régions d'agadez et maradi, au sud par la république fédérale du nigeria et à l'ouest par les régions de dosso et de tillabéry.
    Elle couvre une superficie de 113.371 km² soit 8,95 % du territoire national ; elle est administrativement subdivisée en :
    8 départements: abalak, birni nkonni, bouza, illéla, keita, madaoua, tahoua et tchintabaraden, 44 communes, dont 9 urbaines et 35 rurales, une communauté urbaine regroupant les 2 communes urbaines du chef-lieu de la région de tahoua, 4 postes administratifs (bagaroua dans le département d'illéla, malbaza dans celui de konni, tassara et tillia dans tchintabaraden), 12 cantons et 23 groupements nomades.

    Le relief de la région de tahoua se caractérise par deux grands ensembles :
    La zone des plateaux (l'ader-doutchi-maggia) localisée à la limite des départements de keita et abalak (vers chadawanka). Elle est traversée par des vallées avec des versants de 200 m à l'est et seulement 30 m à l'ouest.
    La zone des plaines à l'est de madaoua, sud-ouest de konni, ouest d'illéla et au nord les plaines de tamesna et d'azaouak.
    La température moyenne annuelle des dix (10) dernières années (1996-2005), est de 29,2°c.
    La région est caractérisée par deux (2) saisons distinctes : la saison des pluies qui s'étend de juin à septembre et la saison chaude le reste de l'année.

    La population
    La population de la région de tahoua est estimée à 1.972.729 habitants en 2001;
    Avec 17,84% de la population totale du pays, tahoua occupe le 3ème rang des régions après maradi et zinder.
    Les principaux groupes ethniques de la région sont : les haoussas, les touaregs, les peuhls, les djermas et les arabes


    Economie
    L'agriculture
    constitue la première activité économique des populations de la région de tahoua. Les superficies cultivables sont estimées à 3.072.265 hectares, soit environ 28% de la superficie totale de la région.
    L'agriculture est du type extensif basée sur la pluviométrie devenue de plus en plus aléatoire. La région de tahoua est découpée en 3 grandes zones agropastorales au sein desquelles plusieurs systèmes de productions agropastoraux sont développés:
    La zone pastorale
    Il s'agit des départements de tchintabaraden et d'abalak. Dans cette zone, l'agriculture demeure une activité marginale avec la présence de quelques champs dans les bas-fonds. On y rencontre quelques spéculations comme le mil, le sorgho, les cucurbitacées et les cultures maraîchères. C'est une agriculture de type traditionnel avec des productions négligeables destinées surtout à l'autoconsommation.
    La zone intermédiaire agropastorale
    Elle est caractérisée par un système de production de type extensif pratiqué dans les départements de tahoua, illéla, keita et bouza. Le climat est du type sahélien avec une pluviométrique de 300 à 350 mm par an.
    Les sols sont légers et peu évolués.
    Les cultures pratiquées sont : le mil, le sorgho et le niébé, avec une prédominance de la mono-culture du mil. On relève la pratique de l'association des cultures (mil-niébé). Les rendements des cultures sont toujours très bas. C'est pourquoi la zone connaît un déficit céréalier annuel permanent évalué de 25 % à 50 %.

    La zone agricole.
    Cette zone, située essentiellement dans les départements de konni, madaoua, illéla et bouza, est constituée par le complexe adder-doutchi-maggia-tarka (admt). Elle est caractérisée par la présence de grandes vallées entourées de plateaux.
    Deux systèmes de production agricole sont pratiqués à savoir :
    • Le système de production agricole semi intensif
    • Le système de production agricole intensif
    Les types de cultures
    Le mil et le sorgho constituent les principales cultures pratiquées dans toutes les zones agropastorales.
    La production moyenne du niébé cultivé en pluvial est estimée à 91.280 tonnes (moyenne des 6 dernières années : (2000-2005). On estime qu'un tiers de cette production est consommé, le reste étant commercialisé à travers des circuits informels

    La culture d'arachide prend de l'ampleur avec l'adoption par les
    Producteurs de nouvelles technologies de restauration des terres.

    L'oignon, culture de rente par excellence de la région, bénéficie d'un réseau important de collecte et d'exportation vers les pays côtiers.
    La tomate occupe des superficies importantes ; la production est destinée essentiellement à la consommation locale et
    Exceptionnellement exportée au bénin
    Le culture de choux est pratiquée en irriguée dans toutes les vallées. La production est destinée à la consommation locale.

    La culture de coton se pratique en pluvial à madaoua, bouza, illéla, konni et keita. Après avoir connu un déclin à partir de 1980, la production de coton a été de nouveau relancée au Niger

    Elevage

    L'élevage est la seconde activité économique de de la région. La dégradation de l'environnement, la remontée des cultures vers le nord pastoral et la mauvaise répartition des points d'eau, sur les 2/3 de la superficie de la région, handicapent les productions animales. Jadis, pratiqué essentiellement par les peuls, arabes et touaregs, l'élevage est aujourd'hui une activité exercée par la quasi-totalité de la population de tahoua.
    L'élevage nomade
    Il peut être défini comme un phénomène imprévisible à court terme et qui n'obéit pas à une règle aussi exclusive ou impérative en matière de recherche d'eau et de l'herbe. C'est une sorte de migration qui fait à l'origine partie d'un mode d'existence traditionnel, surtout pratiqué par les peuls et certains touaregs. Ces déplacements intéressent la totalité des bovins, ovins, caprins et camelins qui appartiennent aux nomades ainsi que quelques animaux qui leur sont confiés par les sédentaires.
    L'élevage transhumant
    Ce type d'élevage est étroitement associé à l'hivernage. C'est un ensemble de mouvements saisonniers à caractère cyclique, effectué par les éleveurs à l'intérieur de leurs pâturages coutumiers. En effet, en début de la saison des pluies, les bergers se déplacent avec leurs troupeaux vers les pâturages salés du nord. Ils ne reviennent vers le sud qu'après la libération des champs.
    L'élevage sédentaire
    Il est le type d'élevage pratiqué dans les zones sud par presque toutes les ethnies. Les animaux (bovins, ovins et caprins) pâturent autour des champs pendant toute l'année et font parfois une petite transhumance de quelques jours.
    Les sous produits agricoles constituent la base de l'alimentation des animaux dans la zone sud surtout pendant la période sèche. L'abreuvement dans la zone ne se pose pas avec acuité car chaque village a son puits et en saison des pluies les mares prennent le relais.

    Environnement
    Les principales activités menées dans le domaine de l'environnement se résument par:
    • Récupération et restauration de terres dégradées ;
    • Production des plants et reboisement ;
    • Protection de la nature (brigade, contrôle cynégétique, ouverture des bandes pare-feu) ;
    • Empoissonnement des mares, retenues d'eau et les statistiques de pêche. L'année 1999)


    Mines
    A l'heure actuelle, il n'existe aucune exploitation minière industrielle dans la région.
    Cependant, de nombreux indices de minéralisation ont été identifiés :
    Le phosphate de tahoua a été découvert depuis 1966 dans les formations sédimentaires de l'ader-doutchi.
    Le charbon se situe à salkadamna, à environ 80 km au nord-ouest de tahoua et à 20 km à l'ouest du chef-lieu de la commune rurale de takanamat.
    Le gypse est localisé à kaou, keita, madaoua et bouza.


    Artisanat
    La région de tahoua dispose d'un artisanat riche et diversifié ; les principales activités artisanales rencontrées sont : la forge, la bijouterie, la maroquinerie, le tannage, la couture, la menuiserie, la vannerie, la cordonnerie...

    Tourisme
    Les activités touristiques sont quasi inexistantes dans la région de tahoua, faute de structures de promotion dans ce secteur (agences de voyage, services techniques).
    quelques sites reperes
    zone abalak - abouhaya
    située au sud - ouest de la réserve non classée de tadress, elle recèle d'importantes ressources fauniques ( gazelles, outardes, singes, etc ). Elle pourrait après étude, faire l'objet d'une réserve de faune.

    Zone tillia - tassara - limite frontière du mali.
    En raison de la richesse de sa faune ( gazelles, outardes ), cette zone pourrait faire l'objet d'aménagement à des fins de chasse.

    Mare de tabalak, de kao et de dogan doutchi
    ces zones humides constituent des habitats importants pour les oiseaux migrateurs notamment des canards, les cigognes et chevaliers.

    Massalata
    c'est un village dans lequel se tient chaque année la fête animiste organisée par les aznas.

    Le complexe artisanal de tahoua
    c'est un instrument de promotion de l'artisanat dans le département de tahoua.

    Madaoua
    très riche en artisanat avec comme spécialité la vannerie, la maroquinerie et l'extraction artisanale de l'étain. On peut aussi visiter à madaoua le monument de malam djibrill, les marchés de tounfafi et magaria à 15 km. Visite des sites de la tarka, de la magia et des tombes de saints ( waliyai ) de galmi.

    Hotels

    o hôtel kado
    o hôtel de l'amitié
    o bungalows de la mairie
    o hôtel galabi ader
    o hôtel guidan moustapha
    o hotel malbaza
    o relais konni
    o camping touristique konni


    Sources: SRP Tahoua, Planeteafrique
    Partager via Gmail




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique