• Niger: un patron de TV et un militant des droits de l'Homme en garde à vue

    NIAMEY (AFP) —

    Un patron de groupe de médias et un militant des droits de l'Homme nigériens ont été placés en garde à vue à Niamey pour "diffamation" et "propagation de fausses nouvelles" après la récente visite du président français Nicolas Sarkozy, a annoncé jeudi un dirigeant du groupe.

    Habibou Garba, directeur général de la radio et télévision Dounia, a été interpellé mercredi, et Idi Abdou, un militant de l'organisation non gouvernementale Alternative espace citoyens, est en garde à vue depuis mardi, a précisé à l'AFP le directeur adjoint du groupe Dounia, Ali Idrissa.

    Les deux hommes devaient comparaître devant un juge jeudi.

    Selon Ali Idrissa, leur garde à vue fait suite à la visite de quelques heures la semaine dernière à Niamey du président français Nicolas Sarkozy, une visite qu'Idi Abdou avait qualifiée "d'escale technique et de pillage des ressources du Niger" lors d'un débat sur la télévision Dounia.

    L'exploitation de l'uranium a été au coeur des discussions de Nicolas Sarkozy avec les autorités du Niger, notamment la mise en service à partir de 2012 par le groupe français Areva de la mine géante d'Imouraren, dans le nord du pays.

    L'accord d'exploitation de ce site avait été signé en janvier par Areva qui va investir au moins 1,2 milliard d'euros.

    Le Niger fournit déjà plus du tiers du combustible brûlé dans les centrales nucléaires françaises.

    Des ONG nigériennes dénoncent régulièrement les effets "catastrophiques" des activités d'Areva sur l'environnement, la santé et les droits des populations locales et accusent le numéro un mondial du nucléaire civil de "piller" les richesses du pays.

    « NIGER: Les habitants du désert payent au prix fort l’exploitation des mines d’uraniumActualité Afrique : Afrique : Conférence au Mali sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,