• Niger: un civil blessé et des dégâts lors d'une attaque du MNJ (officiel)

    Niger: un civil blessé et des dégâts lors d'une attaque du MNJ (officiel)
    Un civil a été blessé dans une attaque des rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), menée mercredi contre la localité de Takoukou (centre-sud), selon un communiqué du ministère de la Sécurité.

    "Un apprenti chauffeur âgé de 20 ans a été brûlé au +deuxième degré+ après avoir été aspergé d'essence par les assaillants", indique le communiqué, ajoutant que "trois boutiques et cinq véhicules" appartenant à des commerçants ont également été incendiés.

    Le ministère indique que la victime a été évacuée au centre de soins de Tanout à une quarantaine de km pour subir des soins d'urgence.

    Par ailleurs, selon un correspondant local de la Voix du Sahel, la radio publique nigérienne, les assaillants arrivés à bord de trois véhicules 4x4 équipés de mitrailleuses 12,7 (mm), ont également incendié huit motos. La Voix du Sahel souligne que deux futs d'essence destinés à alimenter le groupe électrogène du château d'eau et le matériel de transmission de la radio communautaire locale ont été remportés.

    Avant de prendre la fuite, les assaillants ont remis trois lettres aux habitants de Takoukou où ils disent qu'ils sont "bel et bien des éléments du MNJ et des bandits armés", selon La Voix du Sahel.

    Takoukou est une bourgade du département de Tanout dans le nord de la région Zinder, proche de celle d'Agadez (nord).

    Ce raid est le troisième mené par le MNJ hors de la région d'Agadez (nord), sa zone habituelle d'opérations contre l'armée.

    Fin janvier dernier, une attaque avait fait officiellement trois morts. Cinq personnes, dont le préfet civil de la ville, avaient été capturées à Tanout.

    A la mi-mars, deux gendarmes avaient été capturés lors d'une attaque contre le poste militaire à Banibangou, à environ 200 km au nord-ouest de Niamey.

    La semaine dernière, plusieurs chefs historiques de la rébellion des années 90, dont l'ex ministre, Rhissa Ag Boula, ont créé le Front des Forces de redressement (FFR), mouvement dissident du MNJ.

    Le président Mamadou Tandja refuse toute négociation avec le MNJ dont les chefs sont selon lui, des "bandits" et des "trafiquants de drogue".

    Niamey n'a pas encore réagi à la création du FFR.


    Source:AFP
    « Un diplomate onusien plaide en faveur du Sahel, menacés par les changements climatiquesSur le site du MNJ »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,