• Niger: trois soldats et un rebelle tués dans des combats

    Niger: trois soldats et un rebelle tués dans des combats

    NIAMEY (AFP) — Trois soldats et un rebelle ont été tués dans des combats mardi dernier dans le nord du Niger entre l'armée et les rebelles touareg, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

    Ces violents combats sont les premiers signalés depuis plusieurs semaines entre les rebelles et l'armée nigérienne dans le Nord, théâtre d'affrontements depuis 2007 et qui abrite les importants gisements d'uranium du pays.

    Les militaires sont morts après avoir succombé à leurs blessures lors de leur évacuation dans un centre de soins, selon ce communiqué diffusé jeudi soir à la radio précisant qu'ils étaient tombés dans une embuscade tendue par les rebelles du Mouvement des nigériens pour la justice (MNJ).

    "Plusieurs" rebelles ont été blessés par les militaires dont deux véhicules ont été détruits par les assaillants, selon le ministère.

    L'armée a saisi auprès des rebelles un véhicule tout-terrain, cinq fusils d'assaut, trois lance-roquettes, treize roquettes, un poste de tir de missiles antichar, cinquante-deux mines antichar, 9750 cartouches, indique-t-il.

    Le MNJ avait annoncé mercredi avoir mené la veille un raid à Eroug, près de Gougaram (nord), contre des positions de l'armée et fait de "nombreux morts" parmi les militaires.

    Le MNJ, qui n'a pas donné de bilan chiffré des soldats tués, avait affirmé avoir détruit quatre véhicules de l'armée et saisi "d'importantes" quantités d'armes et de munitions.

    Le président du MNJ, Aghali Alambo, a expliqué mercredi sur le site internet du mouvement que le MNJ avait unilatéralement observé une trêve de deux mois afin "de favoriser une sortie du conflit par la voie du dialogue".

    "Nous avions laissé le terrain libre à tous les bons offices (...), le MNJ se trouve dans l'obligation de reprendre ses actions militaires", a-t-il indiqué.

    Des contacts n'ont jamais été officiellement noués entre les autorités et les rebelles touareg retranchés dans les massifs de l'Aïr (nord).

    Niamey refuse de négocier avec les chefs du MNJ qu'il qualifie de "bandits armés" et de "trafiquants de drogue".

    « Le Destin confisqué de Issouf ag MahaI NTENSES COMBATS AU NORD NIGER ENTRE LE MNJ ET L'ARMEE REGULIERE »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,