• Niger: Le chef de l’opposition nigérienne invite Tandja à ne pas prolonger son mandat

     Le Chef de l’opposition nigérienne, Mahamadou Issoufou, a invité mercredi le président Mamadou Tandja à ne pas répondre aux « troubadours politiques » qui appellent depuis quelques semaines le dirigeant nigérien à rempiler pour trois nouvelles années, alors même que son dernier mandat arrive à terme en décembre prochain.

    M.Issoufou, s’exprimait depuis Maradi (700 km à l’est), à l’occasion des festivités marquant le dix huitième anniversaire du Parti nigérien pour le socialisme (PNDS) dont il est le président.

    Il a ainsi exhorté le Président Tandja à faire preuve « d’un dépassement de soi pour ne regarder que la République » tançant au passage le mouvement « Tazartché » (prolongation en langue haoussa), qui demande depuis quelque temps une transition politique de trois ans, pour permettre au Chef de l’État sortant d’achever ses chantiers.

    « Les appels lancés ça et là au président de la république pour qu’il viole son serment sont fondés sur de faux prétextes » a soutenu le leader de l’opposition, affirmant que la construction d’une nation « est un chantier permanent ».

    En revanche, M.Issoufou s’est gardé de prêter au président Tandja l’intention de se maintenir au pouvoir, ce dernier n’ayant pas encore réagi aux insistantes sollicitations favorables à la prolongation de son mandat présidentiel.

    « Je fonde espoir que le Président de la république ne cédera pas aux chants de sirènes, et léguer au Niger quelque chose de plus grand (…) en somme quelque chose de plus grand que toutes ces réalisations sur lesquels les partisans à la prolongation se fondent » a-t-il estimé.

    Élu en 1999, puis réélu en novembre 2004, Mamadou Tandja (70 ans), un colonel de l’armée à la retraite, achève son deuxième et dernier mandat présidentiel fin décembre prochain.

    Selon la constitution du Niger, le président de la république est élu pour cinq années une fois renouvelables. Aucune modification portant sur le mandat présidentiel n’est possible, selon la loi fondamentale.

    Le Chef de file de l’opposition, arrivé deux fois au second tour de la présidentielle en 1999 et en 2004, a invité le dirigeant nigérien à léguer à ses compatriotes « le modèle que la mémoire collective retiendra, celui d’un chef digne, qui respecte sa parole et son serment ».

    Par ailleurs, Mahamadou Issoufou a annoncé que « rien ne doit empêcher » la tenue des élections locales et générales, respectivement en juin, puis octobre et décembre prochains au Niger.

    APA

    « Mali : Réunion d'évaluation à Kidal de l’Accord d’AlgerVidéo du Jour: tamalagha »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,