• Niger : Insécurité et combats, fermeture d'une trentaine d'écoles dans le nord

    Environ 30 écoles ont été fermées dans la région d'Agadez, dans le nord du pays, à cause de la reprise des combats entre l'armée et les rebelles du Mouvement des nigériens pour la justice (Mnj). C'est ce que réfère le gouverneur de la région, Abba Mallem Boukar, cité par la presse locale, précisant que les étudiants de 15 instituts de la zone d'Arlit et de 16 autres à Tchirozerine, ayant fermé leurs portes en l'espace d'une semaine, ont été contraints de se réinscrire dans d'autres écoles près d'Agadez, où leurs familles sont évacuées, après avoir fui les combats. D'autre part, le gouverneur se plaint des répercussions que les affrontements et violences ont sur le secteur touristique. "Nous ne pouvons pas autoriser les touristes à se rendre dans ces zones, certainement à cause de l'insécurité mais aussi à cause des malfaiteurs qui sévissent sans être dérangés et des mines parsemées sur le territoire", a dit Baoukar aux journalistes. Il y a deux semaines, le gouverneur s'était dit "fort préoccupé" par la détérioration des conditions de sécurité dans le nord, à cause de l'explosion fréquente de mines antichar, ayant coûté la vie à 19 civils en 2007. Aucun contact n'a jamais été officiellement établi entre les rebelles touaregs et le gouvernement de Niamey, qui qualifie le Mnj de "groupe de bandits" et de "trafiquants de drogue", se refusant de reconnaître leurs revendications en faveur d'une distribution plus équitable des ressources nationales et leurs dénonciations relatives à la mauvaise gestion du président Mamadou Tandja, en particulier dans l'exploitation de l'uranium, dont le pays est le troisième producteur mondial mais dont les recettes n'ont pas porté au développement des zones septentrionales, encore isolées,soumises à la pollution et à des dégâts écologiques.

    Source:MISNA
    « DESERT REBEL, 6 décembre , Saint-OuenRassemblement devant le siège d’AREVA à Paris »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,