• Niger : Gouvernement et rebelles créent un comité pour poursuivre leurs négociations

    Le dialogue politique se poursuit entre le gouvernement nigérien et deux des trois principaux mouvements armés antigouvernementaux principalement actifs dans le Nord du pays, indique la presse locale et internationale, précisant que les parties – une délégation du gouvernement placée sous l'égide du ministre de l'Intérieur, Aldabe Abouba, et deux autres pour les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice et du Front patriotique nigérien (Fpn) – ont convenu d'instaurer un comité technique chargé d'une part d'approfondir les questions fondamentales à l'origine de la rébellion et de l'autre d'examiner les modalités d'un retour à la paix civile dans le Nord du pays

    D'après certaines indiscrétions, le comité devrait également résoudre la délicate question du désarmement des groupes rebelles. En effet, quelques divergences de points de vue se sont avérées entre le gouvernement et les dissidents concernant les étapes du processus de désarmement : si le président a demandé aux mouvements rebelles de déposer leurs armes avant toutes négociations sérieuses, les groupes armés revendiquent auparavant des garanties, notamment la proclamation d'une amnistie des combattants, la libération des prisonniers reliés au conflit et la levée de l'état d'urgence en vigueur dans la région septentrionale d'Agadez. Selon certaines sources, les parties viendraient de trouver un accord sur un cessez-le-feu temporaire, qui devrait rester en vigueur pendant toute la durée des pourparlers. Les mouvements rebelles du Nord du pays ont toujours soutenu combattre pour une meilleure répartition des recettes issues de l'extraction minière de la région (surtout de l'uranium) en faveur des populations autochtones. (MZ/CN) [CO]

    Source: MISNA

    « LE NIGER: Comment consacrer le TAZARTCHEMamadou Tandja et « son » oeuvre »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,