• MINE D'URANIUM D'IMOURAREN - Fin d'un bras de fer de deux ans entre la France et le Niger

    En donnant lundi le coup d'envoi des travaux sur la mine stratégique géante d'uranium d'Imouraren en présence d'un ministre français et de la patronne du groupe nucléaire français Areva, le président nigérien Mamadou Tandja a mis fin à deux années de brouilles et de difficultés entre Paris et Niamey. Pour le Niger, c'est à l'horizon 2012 la garantie de revenus substantiels et de devenir le second producteur mondial (il est actuellement le 3e), et pour la France c'est la sécurisation de cet approvisionnement essentiel tout en préservant de bonnes relations avec son ancienne colonie, à laquelle elle fournit une aide budgétaire d'environ 8 millions d'euros par an. 

    Début janvier dernier, Areva avait signé avec le gouvernement du Niger une convention qui lui attribuait le permis d'exploitation du gisement d'Imouraren, "la mine d'uranium la plus importante de toute l'Afrique et la deuxième du monde", selon le numéro un mondial du nucléaire civil. Areva détiendra 66,65 % de la société créée en vue de l'exploitation du gisement, l'État du Niger 33,35 %. Le démarrage de la production "à l'horizon 2012 permettra au Niger de doubler sa production actuelle et de se placer au deuxième rang mondial des pays producteurs d'uranium", indiquait alors Areva. Le gisement devrait produire 5.000 tonnes d'uranium par an à plein régime pendant plus de 35 ans. Il fera l'objet d'un investissement initial de plus de 1,2 milliard d'euros et engendrera près de 1.400 emplois directs. 


    Soubresauts "post-coloniaux" 


    Mais pour en arriver à cet accord stratégique - un tiers de l'électricité d'origine nucléaire produite par EDF (Electricité de France) dépend de l'uranium nigérien -, il a fallu passer par des soubresauts "post-coloniaux" et une remise en cause par Niamey, parfois virulente, de la toute-puissance de l'opérateur français, également en butte à des Ong qui dénoncent sans relâche un désastre écologique et sanitaire lié à l'extraction du minerai radioactif. Pendant de longs mois, Areva a ainsi été l'objet au Niger d'une campagne de presse et de manifestations, accusé notamment un temps de soutenir la rébellion touareg qui avait ressurgi début 2007 dans le nord du pays, précisément la zone uranifère. La tension était montée à son comble avec l'expulsion en juillet 2007 du directeur local d'Areva, Dominique Pin, soupçonné par les autorités de financer la rébellion, une accusation fermement rejetée par Areva. 


    Sous la pression, Areva avait déjà concédé une hausse du prix d'achat et accepté de céder 300 tonnes au gouvernement nigérien pour le vendre directement. Parallèlement, les autorités nigériennes accordaient des licences de prospection à des groupes canadiens ou chinois. "Il y a de la place pour tout le monde", relativisait alors un cadre d'Areva sous couvert d'anonymat. Présent depuis 40 ans dans le pays, le groupe s'est alors armé de patience, tandis que Paris dépêchait régulièrement des émissaires pour tenter d'arrondir les angles. Lors de son déplacement de quelques heures à Niamey fin mars dernier en compagnie d'Anne Lauvergon, la patronne d'Areva, le président français Nicolas Sarkozy a lui aussi tenu à casser l'image d'une France "prédatrice". "Au Niger, la France a des intérêts, elle les assume, elle les promeut, mais en toute transparence", avait-il assuré dans un entretien accordé au journal nigérien Le Sahel.


    Coincidence, la cérémonie du premier coup de pioche symbolique est intervenue au lendemain d'une rencontre à Agadez (nord) entre le président Tandja et des chefs rebelles touareg, une première depuis la résurgence d'une rébellion début 2007.

    Le Point.fr

    « Inauguration du gisement d'uranium d'ImouranenTANJA DOIT PARTIR...!!! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,