• Mali/Touareg: rencontre gouvernement/rebelles à Alger pour relancer la paix

    BAMAKO - Des émissaires du gouvernement malien et des rebelles touareg maliens sont présents à Alger pour relancer le processus de paix dans le nord du Mali, a-t-on appris jeudi de source proche du médiateur algérien.

    "La délégation du gouvernement malien est là (à Alger). Les représentants de tous les rebelles touareg (maliens) sont également à Alger", a déclaré à l'AFP un responsable du comité de suivi de l'accord d'Alger, signé en juillet 2006 entre les deux parties pour la paix dans le nord du Mali.

    "Il est prévu que les protagonistes se rencontrent très rapidement et débutent les discussions", a ajouté le responsable.

    Ce comité est composé de représentants du gouvernement malien, de ceux des rebelles et de la partie algérienne.

    La délégation malienne est conduite par le ministre de l'Administration territoriale, le général Kafougouna Koné, alors que la médiation algérienne est représentée par l'ambassadeur d'Algérie au Mali, Abdelkrim Gheraieb.

    Selon le quotidien algérien El-Khabar, le chef du gouvernement algérien Ahmed Ouyahia doit superviser les négociations directes entre Bamako et les rebelles.

    En 1992, M. Ouyahia, alors directeur général de la division Afrique au ministère des Affaires étrangères, avait mené avec succès la médiation dans le conflit de l'Azawad qui opposait le gouvernement malien et les touareg.

    Les négociations doivent commencer vendredi, selon El-Khabar.

    Selon une source proche de la rencontre, le début des entretiens directs entre les protagonistes devrait être laborieux à cause des positions actuelles de chaque camp.

    La partie gouvernementale exige avant toute véritable décrispation sur le terrain, la libération de plusieurs dizaines de ses militaires retenus en otages par la rébellion, le démantèlement des bases des rebelles et la remise du matériel militaire et des armes de l'armée régulière emportés par ces derniers lors des différents affrontements avec l'armée régulière.

    De leur côté, les rebelles demandent notamment que l'armée malienne allège son dispositif militaire dans le nord du Mali et que le médiateur algérien prenne la tête du comité de suivi des accords d'Alger jusque là dirigé par un responsable malien.

    Un total de 92 militaires maliens sont aux mains des groupes rebelles touareg du nord du Mali, selon des sources concordantes.

    "Ils sont 92 otages militaires maliens entre les mains des rebelles touareg", ont affirmé à l'AFP plusieurs membres du comité de suivi de l'accord d'Alger.

    "Ils (otages) sont détenus dans le Sahara", a précisé de son côté à l'AFP un responsable de la rébellion touareg malienne. Ces militaires maliens ont été pris en otage en avril et mai dernier.

    (©AFP / 17 juillet 2008 18h04)

    « Niger's natural wealth exploited - 16 July 08Les pays les moins avancés - Rapport 2008 »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,