• Mali: des rebelles touareg vont quitter le maquis avant fin décembre

    Un premier groupe de rebelles touareg maliens va quitter le maquis d'ici fin décembre pour faire partie, à Kidal (nord-est), des premières unités spéciales communes avec des militaires maliens, a-t-on appris lundi auprès de la médiation algérienne.

    "Les premiers groupes de rebelles vont quitter le maquis pour regagner Kidal dans le cadre de la relance du processus de paix" dans le nord du Mali, a affirmé à l'AFP un membre du Comité de suivi de l'accord de paix d'Alger signé en juillet 2006 entre les rebelles touareg et le gouvernement malien.
    Plusieurs centaines de rebelles touareg, retranchés dans des collines du nord du pays, devraient rejoindre Kidal pour intégrer ces premières unités spéciales d'ici fin décembre, a indiqué cette source, après une rencontre samedi entre représentants de rebelles touareg maliens, réunis dans l'Alliance pour la démocratie et le changement (ADC), et du gouvernement malien.

    Cette information a été confirmée par un autre membre du Comité.

    Ces unités spéciales, composées d'ex-rebelles touareg et des militaires maliens, seront chargées d'assurer la sécurité d'une partie du nord du Mali sous le commandement de l'armée malienne.

    Résumant les résultats de la rencontre, un responsable du gouvernorat de la région de Kidal, a déclaré à l'AFP que "les choses ont avancé".

    Cependant, des divergences existent entre les différents groupes rebelles touareg. Le chef Ibrahim Ag Bahanga, qui retient toujours en otage quatre militaires maliens, n'a envoyé aucun représentant à la réunion de samedi.

    "Ibrahim Ag Bahanga fait cavalier seul désormais et avec ses frères des autres groupes, il ne parle plus le même langage", a affirmé un membre du comité de suivi de l'accord d'Alger.

    "Il est désormais (situé) d'un côté et tous les autres groupes sont réunis sous la bannière de l'ADC", a-t-il poursuivi.

    M. Ag Bahanga, un rebelle touareg dissident, s'était installé il y a quelques mois en Libye avec sa famille mais il aurait regagné jeudi le nord du Mali dans ce qu'il appelle sa "base militaire".

    Depuis la signature de l'accord d'Alger, qui reste le lieu principal des négociations, les rebelles ont renoncé à revendiquer l'autonomie de la région de Kidal. Le gouvernement de Bamako s'est, lui, engagé à accélérer le développement des trois régions du nord.

    Mais depuis fin août 2007, enlèvements et attaques armées, attribués pour la plupart au groupe d'Ibrahim Ag Bahanga, ont mis à mal cet accord.

    Source:lemonde.fr

    « Gouvernement malien et rebelles touareg se concertentMali: Des rebelles touaregs rejoignent l'armée régulière »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,