• LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL

    Demain à alger, se tiendra à l’hôtel Sheraton une rencontre d’une extrême importance entrant dans le cadre de la lutte antiterroriste.

    Cette rencontre regroupera les ministres des Affaires étrangères de sept pays, dont celui de l’Algérie. Il s’agit de la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso. L’événement vise à reconstituer la cartographie de la lutte antiterroriste, notamment dans la bande du Sahel, particulièrement instable sur le plan sécuritaire et politique.
    Le regroupement des sept ministres des Affaires étrangères des pays évoqués intervient plusieurs mois après celui organisé par les hautes instances militaires de l’Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Mali au mois d’août 2009, à Tamanrasset, où il avait été question à l’époque d’étudier la possibilité de créer une cellule de renseignement commune dans le but de contrecarrer le mouvement subversif, plus spécialement dans la bande du Sahel où la menace terroriste est de plus en plus inquiétante. Il va sans dire que les derniers actes terroristes survenus en Mauritanie et au Mali, notamment le kidnapping de sept ressortissants européens et ensuite l’attaque des militaires nigérians juste aux frontières nigérianes faisant jonction avec le Mali, ont fait réagir les responsables, nonobstant le fait que l’initiative vient de l’Algérie. Selon une source sécuritaire très au fait du dossier terroriste, cette rencontre devrait permettre aux pays concernés de reconsidérer toutes les donnes du contexte actuel, sur les plans matériel et logistique en même temps que de dégager les mécanismes impératifs pour asseoir une collaboration dans la lutte et cela sur de bonnes bases. Pour rappel, durant la première rencontre ayant rassemblé les hauts gradés militaires, il était déjà question de mettre à la disposition des pays les moins armés, tous les moyens possibles.
    Aujourd’hui, cette question fera partie de l’ordre du jour selon notre source, qui souligne que tant que la menace est présente au niveau de la bande du Sahel aucun des pays tenus par cette rencontre n’est à l’abri.
    Ce conclave contre le terrorisme va certainement permettre aux participants d’évaluer au mieux la menace de ce fléau et ses connexions avec les différents réseaux de trafics, tels que celui de la drogue et des armes et de revoir notamment la stratégie de lutte qui sera coordonnée au plus haut point. Cette fois-ci rien ne sera laissé au hasard et un accord sera certainement conclu entre les sept pays concernés. Il mettra sans doute l’accent sur la coopération entre ces pays. Cela dit, l’Algérie qui se sent concernée au plus haut point par la sécurité dans la bande du Sahel, du fait que la menace demeure non loin de ses frontières sud, considère que c’est aux pays de cette région de prendre les choses en main et de conjuguer tous les efforts avec beaucoup de lucidité et sans la moindre intervention étrangère. C’est une question de souveraineté. Et il est clair que chacun des pays est appelé à respecter la totalité de la convention internationale concernant la lutte antiterroriste. Cela pour éviter le scénario mis en scène par le Mali, lequel avait, avec la bénédiction de la France, accepté de libérer quatre terroristes dont deux Algériens contre une rançon dont le montant n’a pas été indiqué.

    Ikram GHIOUA
    L'expression.dz 

    « Uranium Major Niger Urged to Review ContractsVers un procès Tandja? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,