• Les Touaregs du Mali posent 5 conditions à un accord de paix

    Les Touaregs du Mali posent 5 conditions à un accord de paix
    L'Alliance des Touaregs du Nord du Mali (ATNM) a posé 5 conditions à l'offre de paix proposée par le président malien, Amadou Toumani Touré, dans le cadre de la médiation entreprise par une délégation de la Ligue populaire et sociale des tribus du "Grand Sahara".
    Vendredi dernier, le président Toumani Touré avait déclaré avoir accepté l'offre de médiation de la délégation de la Ligue, invitant les rebelles touaregs à une paix sans conditions en vue de se consacrer à la bataille de développement du pays.

    Cette délégation avait été dépêchée au Mali sur initiative du colonel Mouammar Kadhafi en vue d'une réconciliation entre les Touaregs et les autorités de ce pays, rappelle-t-on.

    Selon des sources proches du mouvement rebelle malien qui se sont confiées lundi soir à la PANA à Kidal (nord du Mali), les conditions posées par L'Alliance des Touaregs du Nord du Mali (ATNM) sont relatives à la création d'une commission d'enquête sur la mort d'un officier touareg de l'armée malienne tué dans des circonstances non élucidées en février dernier.

    Ces conditions portent également sur l'activation de certaines clauses de l'accord de paix d'Alger, notamment celles relatives à l'envoi, dans le nord du pays, d'unités des forces armées maliennes composées uniquement d'éléments touaregs et l'insertion au sein de l'armée d'un millier de combattants rebelles ayant déposé les armes.

    Selon les mêmes sources, ces conditions portent aussi sur un allègement du dispositif de l'armée dans les régions du nord du Mali et sur la création de projets de développement et de mise en valeurs des ressources de cette région au profit de ses populations.

    La délégation de la Ligue populaire et sociale des tribus du "Grand Sahara" avait rencontré, dimanche soir à Gao, (environ 1.300 Km nord de Bamako), les autorités administratives de la région et les ont informé de l'objectif de leur mission de bon office consistant à parvenir à une réconciliation entre les autorités du pays et les rebelles touareg dans le cadre de l'accord de paix d'Alger.

    Les membres de cette mission, arrivés lundi soir à Kidal (environ 1.900 Km nord de Bamako), devraient se réunir dans le même cadre ce mardi avec les autorités administratives de cette région du Mali et rencontrer les notables touaregs pour établir un programme de travail.

    Ces notables serviront de contact avec les chefs de l 'Alliance des Touaregs du Nord du Mali Brahim Ag Bahanga et Hassan Ag Faghagha qui se trouvent dans le maquis afin de fixer un lieu de rencontre avec la délégation des tribus du Grand Sahara.

    Les observateurs de la question touarègue au Mali qualifient toutefois de difficile la mission de la délégation de la Ligue, compte tenu de la grande méfiance qui s'est instaurée au fil du temps entre les autorités maliennes et les rebelles touaregs, à cause notamment de la non mise en œuvre des clauses des précédents accords de paix dont le dernier en date le protocole d'entente de Tripoli en avril dernier.

    Cette situation a conduit à une grande insécurité dans les régions du Nord du Mali où, selon le gouverneur de la région de Gao, le colonel Amadou Baba Touré, une grande psychose s'est installée au sein des populations.

    Dans une déclaration à la PANA dimanche soir, l'officier malien a indiqué que des groupes, qu'il a qualifiés de "bandits", se livrent au harcèlement des populations qu'ils rackettent, ce qui provoquent la réaction de l'armée, affirmant que cela aurait conduit à des événements plus graves n'eût été le discernement et la retenue observée par les autorités en la matière.

    Selon des sources proches de la délégation des tribus du Grand Sahara, un autre écueil de taille est venu compliquer leur mission à savoir le retrait complet de l'Algérie du dossier des touaregs du Mali ce qui met un terme aux mécanismes de suivi de l'accord de paix d'Alger présidés par les autorités algériennes.

    Le colonel Mouammar Kadhafi avait, en mars dernier à Kampala, en Ouganda, lors de sa 3ème rencontre avec les dirigeants de la Ligue populaire et sociale des tribus du "Grand Sahara", appelé à la création d'un mécanisme d'alerte et de suivi afin d'observer et de suivre toutes les questions et problèmes relatifs aux tribus de cet espace saharien.

    Dans ce cadre, le comité de suivi des décisions de la Ligue populaire et sociale des tribus du "Grand Sahara" a décidé l'envoi, sous l'égide du guide Kadhafi, de deux délégations au Mali, au Niger et au Tchad, en vue d'une médiation pour mettre fin aux conflits que connaissent ces pays.

    source: Arik.com
    « "L'Afrique est ruinée ? La Chine est preneuse"NORD MALI »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,