• Le Président Tandja accorde l’amnistie aux anciens rebelles touaregs du Niger

    Le Président Mamadou Tandja a accordé vendredi soir une amnistie aux rebelles touarègues qui ont récemment déposé les armes après deux ans de combats dans la région d’Agadez, au nord du pays, a constaté APA.

    Le dirigeant nigérien, qui s’exprimait dans un message à la nation, a salué le geste de ses « frères qui ont accepté de déposer les armes (…) ce qui va permettre de renforcer la 6ème république ».

    « C’est le temps du pardon. C’est pourquoi je juge utile d’accorder une amnistie à nos frères qui ont déposé leurs armes » a-t-il dit.

    La faction historique de la rébellion touarègue au Niger, le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), a déposé les armes en marge d’une cérémonie dans la ville libyenne de Sebha, en présence de Mouammar Kadhafi, le médiateur.

    Avec cette reddition, ce sont quelques 3 000 combattants qui vont renoncer à la lutte armée, en acceptant l’offre libyenne d’aider à leur réinsertion.

    Crée en 2007, le MNJ est secoué depuis quelques mois par une crise de leadership, qui a provoqué l’annonce en septembre dernier de la destitution de son chef historique, Aghali Ag Alambo. Ce dernier a toujours revendiqué la présidence du mouvement.

    Des rebelles nigériens du Front patriotique nigérien (FPN) ont également leurs armes depuis le week-end dans la région d’Agadez, au nord du Niger, ce qui met fin à deux ans de lutte armée dans cette partie du pays, riche en uranium.

    Seul, le Front des forces pour le redressement (FFR) de Rhissa Ag Boula, a refusé de déposer les armes. « Le FFR n’ira ni à Tripoli ni à Agadez pour déposer les armes de cette façon » a dit Ag Boula, dans un communiqué publié sur le site Web de son mouvement.

    La région d’Agadez où opèrent plusieurs compagnies étrangères est riche en uranium. Depuis février 2007, cette région fait face à une rébellion armée conduite par des touaregs qui revendiquent davantage de meilleures conditions pour les populations du nord du Niger.

    En mai dernier, le Président Mamadou Tandja a rencontré, pour la première fois, à Agadez les chefs rebelles touareg, à la veille du lancement du site uranifère d’Imourararen dans le département d’Arlit, exploité par le groupe français AREVA, avec une production annuelle de 5000 tonnes.

    La délégation rebelle est constituée essentiellement de délégués des trois fronts actifs dans le nord à savoir le MNJ, le Front patriotique nigérien (FPN) et le Front des forces pour le redressement (FFR).

    Niamey a officiellement entamé des rencontres avec les factions rebelles en avril dernier lorsque le ministre nigérien de l’intérieur qui conduit une forte délégation en Libye a affirmé que les rebelles touaregs, constitués en trois factions, ont accepté de rendre les armes et de participer à des négociations de paix.

    APA 

    « Majorité absolue pour le parti au pouvoirToumast nouvel album Amachal. »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,