• Le Niger encoure des sanctions de la Cedeao

    Niamey - La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a prévenu hier que le Niger s’exposerait à des "sanctions" s’il organise un référendum sur une nouvelle Constitution à l’approche de la présidentielle, comme le souhaite le président Mamadou Tandja.

    "Tous les (15) Etats de la Cedeao ont signé un protocole additionnel leur interdisant de modifier leur Constitution dans les six mois précédant une élection, sans un consensus des acteurs politiques du pays", a déclaré le directeur des Affaires politiques de l’organisation, Dr Abdel-Fatau Musah, à la télévision privée nigérienne Bonféreye. M. Musah a fait cette déclaration à l’issue d’une réunion de deux jours à Niamey du Conseil des sages de la Cedeao, chargé de prévenir et régler les confits dans l’espace communautaire. "Un référendum sur le changement de Constitution ou pour son annulation est une modification de cette Constitution", a soutenu Dr Musah, ajoutant que le Niger s’expose à "un blocus économique" de la Cedeao et d’autres sanctions de l’Union africaine (Ua) et de l’Onu.

    M. Tandja a eu des entretiens vendredi avec une délégation du Conseil des sages au sujet de la "crise" née de sa volonté d’organiser cette consultation.
    AFP

    « Rencontre sous les tentes sahariennesNiger : Tandja lâché par son principal allié »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,