• LE NIGER: Comment consacrer le TAZARTCHE

    LE NIGER

     

    A LA RECHERCHE DES STRATEGIES JURIDICO-POLITIQUES POUR CONSACRER LE « TAZARTCHE »

    par Issoufou Adamou

    Doctorant et Assistant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques

    de l’Université Cheik Anta Diop de Dakar

     

    « La  politique est un mal que seule la rationalité juridique pourrait empêcher de nuire ». Cette préoccupation du Professeur Dmitri Georges Lavroff trouve sa réponse dans l’existence d’un cadre juridique, c'est-à-dire une constitution qui est la norme juridique située au sommet de la pyramide des normes.


    Voir G. L. Dmitri in La constitution et le temps, Mélanges Philippe Ardant, Droit et Politique à la croisée des cultures, LGDJ 1999, P.207-227. 

     

    Elle contient ainsi l’ensemble des règles juridiques fondamentales élaborées et modifiées selon une procédure particulière et dont l’objet consiste, entre autres, à régir les mécanismes de dévolution, d’exercice et de transmission du pouvoir politique.

    De nos jours, presque chaque Etat à une constitution. C’est le cas de la République du Niger, où le peuple souverain s’est donné, à l’issue du referendum du 18 Juillet 1999, une constitution dans laquelle il encadre le jeu politique. Cette norme est entrée en vigueur le 9 Août 1999 et constitue la norme de référence du droit constitutionnel nigérien.  En effet, c’est conformément à ses dispositions que les autorités politiques ont été investies par le peuple souverain. Ces autorités ont, à leur tour, l’obligation de respecter et de faire respecter cette volonté du souverain primaire conformément à leurs serments.

    Concernant le pouvoir présidentiel par exemple, le constituant nigérien a prévu les conditions à remplir pour le briguer, les modalités de son exercice et surtout quand est ce qu’il faut le quitter ou quand est ce qu’il ne faut plus y prétendre. La politique nigérienne est bien saisie par le droit pour reprendre une idée chère au Doyen Favoreu.

    C’est dans ce sens que l'article 36 de la norme fondamentale dispose que « le président de la République est élu pour cinq (5 ans)….Il est rééligible une seule fois »

    Lire l'intégralité du texte ICI 

    « NIGER : Plus légaliste que Tandja, tu meurs!Niger : Gouvernement et rebelles créent un comité pour poursuivre leurs négociations »
    Partager via Gmail