• Ibrahim Ag Bahanga chef rebel

    Ibrahim Ag Bahanga homme de la quarantaine est un chef rebelle qui défraie la chronique depuis de nombreuses années et dont le QG se situe dans le maquis de de Tigherghar, dans le cercle de Kidal,* au nord est du Mali .

    Cette région qui couvre le sud de l' Algérie et le nord mali, est un lieu désertique et montagneux , paradis de ceux qui souhaitent vivre dans la clandestinité.

    Depuis plusieurs années un processus de paix , qui a débuté en 2006 par l'accord de paix d' Alger en juillet , est mené , mettant en scène des médiateurs comme Khadafi , leader libyen qui se veut le représentant du peuple touareg , les discussions régulièrement débouchent sur des cessez le feu ou des accords qui partent en fumée dans les semaines qui suivent.

    Ibrahim Ag Bahanga, signataire des premiers accords , avait fait dissidence, rapidement suivi par d'autres groupes rebelles, enrayant ces tentatives de pacifier la région .

    Dans le courant de l'année 2007 un forum a réuni à Kidal des hommes du gouvernement comme des chefs de fractions touarègue afin de trouver des solutions à l'insécurité de la région , certaines de ces solutions passant par une amélioration de la qualité de vie des habitants , en majorité nomades , en créant notamment des structures inexistantes. ...mais cette rencontre de plusieurs jours n'a pas été suivi par la paix que de nombreux touareg escomptaient

    Mes notes se multiplient qui relatent dans mon blog perso ces coups de feu qui éclatent régulièrement : attaques de bases ou d'armureries militaires , interceptions de convois militaires pour en voler les armes et les véhicules ou même convois de nourriture, pose de mines anti personnels , ou explosions de grenades dans des villes comme Gao, prises d'otages comme la semaine dernière où employés ont été kidnappés par les rebelles dans cette région .

    Lundi deux attaques étaient menées par l'armée malienne, contre des positions tenues par des hommes du groupe de Ibrahim Ag Bahanga. De sources officielles, huit rebelles ont été faits prisoniers , et « quelques » autres sont morts ou blessés , pendant cette attaque.Ce même jours 16 rebelles ont baissé les armes .

    Parmi les prisonniers, il y aurait Ahmed Anakib un libyen ayant servi dans l'armée libyenne avant de venir grossir les troupes des rebelles touareg du nord mali, il est connu comme le bras droit d’Ibrahim Ag Bahanga, et le cerveau du carnage de Nampala, où les bandits armés n’ont pas hésité à tirer sur les populations civiles.

     

    Dans le processus de paix avait été prévu que les combattants rebelles touareg pourraient intégrer l'armée régulière malienne, 300 sont donc en attente de devenir des militaires dans l'armée régulière .L'armée malienne entrevoit la possibilité en faisant ce choix d'intégrer ces hommes dans ses rangs, d'avoir une aide précieuse dans le combat contre la contrebande et le risque terroriste : une cellule Al Queida se trouverait dans cette région qui est une plaque tournante de la contrebande d'armes comme de drogue

    Des personnels de la croix rouge malienne ont demandé ce mardi à voir les prisonniers de guerre , afin de vérifier qu'ils sont bien traités et en bonne condition de santé.

    *la ville de Kidal , dont le cercle (découpage administratif porte le même nom)se trouve à environ 2000 kilomètres de la capitale malienne Bamako

    Com4news

    « Etape 10: Vidéo du jourLes cylindres »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,