• Gouvernement malien et rebelles touareg se concertent

    Les représentants de plusieurs groupes de rebelles touareg du Mali, réunis dans l'Alliance pour la démocratie et le changement (ADC), ont rencontré samedi des représentants du gouvernement pour relancer le processus de paix, a-t-on appris de sources concordantes. "Les représentants de l'ADC ont déjà, ce samedi, rencontré les ministres maliens de l'Intérieur et celui de l'Administration territoriale, présents à Kidal dans un autre cadre", a déclaré par téléphone un responsable du gouvernorat de Kidal (Nord-Est), où se tient la réunion. "Actuellement, les représentants de l'ADC sont en train de rencontrer les autres membres du comité de suivi de l'accord (de paix) d'Alger", composé des rebelles touareg, de représentants du gouvernement malien et de la médiation algérienne. "Nous sommes actuellement en discussion avec les représentants de l'État (malien) et de la médiation algérienne", a confirmé à l'AFP un des représentants des groupes de rebelles touareg.
    Selon une source proche de la rencontre, les représentants de l'ADC souhaitent la "création de mesures d'apaisement" avant le cantonnement et le désarmement de plusieurs centaines de rebelles touareg, actuellement retranchés dans des collines de la région. Depuis la signature de l'accord d'Alger en 2006, qui reste la base des négociations, les rebelles ont renoncé à revendiquer l'autonomie de la région de Kidal et le gouvernement s'est engagé à accélérer le développement des trois régions du nord. Mais depuis fin août 2007, enlèvements et attaques armées, attribués pour la plupart au groupe d'Ibrahima Ag Bahanga, ont mis à mal cet accord.
    Le chef rebelle Ag Bahanga n'a d'ailleurs envoyé aucun représentant à cette réunion, soulignant des divergences au sein des groupes touareg. "On peut parler de divergences. Ibrahim Ag Bahanga fait cavalier seul désormais et, avec ses frères des autres groupes, il ne parle plus le même langage", a affirmé à l'AFP un membre du comité de suivi de l'accord d'Alger. "Il est désormais d'un côté et tous les autres groupes sont réunis sous la bannière de l'Alliance pour la démocratie et le changement (ADC)", a-t-il poursuivi. D'autres membres du même comité de suivi ont confirmé l'information. Ibrahim Ag Bahanga s'était installé il y a quelques mois en Libye avec sa famille, mais il aurait regagné jeudi le nord du Mali dans ce qu'il appelle sa "base militaire". Il détient toujours comme otages quatre officiers de l'armée malienne. Un responsable algérien présent à Kidal a averti : "L'Algérie ne facilitera pas la tâche à tous les éléments qui veulent saper les efforts de paix en cours." "Le gouvernement malien et les responsables de l'Alliance démocratique pour le changement (ADC) veulent aller vers la paix. Nous les aidons modestement à aller vers cette paix, conformément à notre statut de médiateur", a-t-il souligné.
    C'est la première fois depuis plusieurs mois qu'une rencontre de ce genre se tient à Kidal, quasiment toutes les autres s'étant tenues à Alger.
    Source:liberte-algerie.com

    « NIGER: les rebelles touareg signale nt de "violents combats" au nordMali: des rebelles touareg vont quitter le maquis avant fin décembre »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,