• Durée des mandats présidentiels : vague de critiques au Niger contre Kadhafi

    Représentants de la vie politique et de la société civile au Niger ont protesté mercredi contre les propos de Mouammar Kadhafi qui s’est déclaré contre la limitation des mandats présidentiels en Afrique, lors d’une visite à Niamey.

    Le dirigeant libyen, actuel président en exercice de l’Union africaine (UA), s’est "ingéré de manière grave dans la politique du Niger et les Nigériens n’ont pas de leçon de démocratie à recevoir de lui", a estimé sur les ondes d’une radio privée Aminou Laouali, de l’organisation SOS civisme.

    "Cela n’est pas surprenant de la part de Kadhafi qui n’a jamais eu de constitution dans son pays", a pour sa part déclaré Sanoussi Jackou, député de l’opposition.

    Samedi, à l’occasion d’un banquet présidentiel à Niamey, M. Kadhafi a déclaré qu’il prenait "parti pour les amendements des Constitutions africaines".

    "Je suis pour la liberté de la volonté populaire, il faut que le peuple choisisse celui qui doit le gouverner, même pour l’éternité", a affirmé le colonel au pouvoir dans son pays depuis 1969.

    Cette déclaration est intervenue alors que des partisans du chef de l’Etat nigérien Mamadou Tandja lui demandent de rester aux affaires au-delà de la fin de son deuxième et en principe dernier mandat, qui expire fin 2009.

    Mais la majorité de la classe politique nigérienne, qu’elle soit proche de l’opposition ou du pouvoir, s’oppose à toute modification de la Constitution allant dans ce sens.

    "Les Nigériens se sont battus pour l’avènement de la démocratie et ne laisseront aucun président se transformer en monarque à l’image de M. Kadhafi", a affirmé à des médias privés Nouhou Arzika, figure influente de la société civile.

    Selon Abdoulaye Maïga, du Mouvement des patriotes nigériens, un nouveau parti politique, les propos de M. Kadhafi sont une "offense terrible aux Nigériens".

    Le secrétaire général de la Francophonie et ancien président sénégalais Abdou Diouf a pour sa part déclaré à la chaîne de télévision TV5 être "absolument contre cette approche. Je crois que dans l’intérêt même des présidents, il faut savoir partir, ne pas s’accrocher au pouvoir".

    AFP 

    « Le président de l’Union africaine en fait à sa tête !Pistons et chambres de combustion »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,