• COORDINATION EUROPEENNE POUR RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE AU NIGER (CERDN/ EUROPE)

    DECLARATION

     

    Objet : Communiqué du Quai d’Orsay en date du 10 août 2009 relatif
                 Au référendum anticonstitutionnel du 04 août 2009 au Niger

    Nous, citoyens nigériens, représentants et militants des Partis Politiques, des associations résidant en Europe, soucieux de la sauvegarder de la démocratie et de l’Etat de droit au Niger acquis de haute lutte, réunis au sein du collectif dénommé coordination européenne pour la sauvegarde de la démocratie au Niger(CERDN), tenons à exprimer aux représentants des pays membres de l’Union Européenne notre consternation ainsi que notre vive préoccupation suite au communiqué du Quai d’Orsay (ministère des affaires étrangère Français)sur la situation politique au Niger en date du 10 août 2009. 

    En effet coordination européenne pour la sauvegarde de la démocratie au Niger (CERDN) :

    • Son attachement à la constitution du 09 août 1999 qui reste et demeure pour l’écrasante majorité des nigériens l’unique loi fondamentale en vigueur devant régir la vie des institutions républicaines au Niger,

    • Son rejet en bloc du référendum illégal et anticonstitutionnel, véritable forfaiture contre la nation nigérienne.

    • Sa conviction que le désaveu cinglant infligé à Monsieur Tandja Mamadou par le peuple nigérien à travers un taux d’abstention de plus de 90%, traduit l’isolement de son régime sur le plan national, et annonce des lendemains d’instabilité politique susceptible de déboucher sur une catastrophe socio-économique sans précédent.

    • Son soutien sans faille à tous nos compatriotes, camarades et militants du CFDR, harcelés, menacés, arrêtés de façon arbitraire et déportés dans les geôles du pouvoir au mépris des règles les plus élémentaires du droit et exige leur libération sans condition.

     

    Face à la dérive autoritaire du régime de Niamey et ses méthodes  fascistes fondées sur la répression aveugle, le dénie de justice, le mépris de l’institution judicaire, le musellement organisé de la presse, le harcèlement et la persécution permanente des militants de l’opposition politique, nous citoyens nigériens résidant en France, plaçons beaucoup d’espoir dans le maintien de la position de fermeté des autorités françaises, attachées au respect et à la préservation du cadre constitutionnel et démocratique au Niger.

     

    Alors même que tous les observateurs se félicitent des premiers communiqués du Quai d’Orsay(ministère des affaires étrangère Français) appelant  Monsieur Tandja Mamadou  et ses affidés au respect de la constitution du 09 août 1999, des principes démocratiques et de l’état de droit, voilà que le communiqué du 10 août 2009 du Quai d’Orsay  nous plonge dans la consternation et l’inquiétude la plus vive.

     

    En effet, comment comprendre que la France, cette grande nation de liberté et de la démocratie, apporte un encouragement indirect au coup d’Etat constitutionnel perpétré par Monsieur Tandja Mamadou et son gouvernement. Pour preuve: l’empressement des autorités illégitimes de Niamey à publier ce communiqué dans le quotidien gouvernemental « le SAHEL».

     

     

    En appelant Tandja Mamadou à renouer le dialogue avec l'ensemble des forces politiques et à prendre tous les engagements nécessaires pour que le Niger « retrouve rapidement un cadre constitutionnel et démocratique », la France invite le peuple nigérien à  entériner les actes scabreux et illégaux  que le régime de Niamey a posés et continue de perpétrer.

     

    Pour tous les valeureux citoyens nigériens qui se battent pour la démocratie et la liberté et à qui nous apportons un soutien sans faille, le communiqué du quai d’Orsay du 10 août est ressenti comme une insulte, et partant, un manquement grave aux principes fondateurs de la République Française.

      

    La CERDN/ EUROPE souligne avec force que cette position ne peut être ni comprise ni suivie par l’écrasante majorité du peuple nigérien. Au contraire cette majorité s’inscrit dans le rejet pur et simple de la constitution illégale et illégitime de Monsieur Tandja Mamadou et de ses acolytes, par conséquent, il ne saurait être question d’envisager aujourd’hui le moindre dialogue avec les auteurs du coup d’Etat constitutionnel du 04 août 2009.

     

     La France, comme toutes les nations démocratiques ne peuvent s’accommoder du coup d’Etat constitutionnel en cour au Niger, après les violations graves et répétées contre les institutions de la République et ses textes fondamentaux.

    Il est utile de rappeler que chaque jour qui passe les libertés régressent au Niger ; la démocratie est remise en cause, la République vidée de ses institutions démocratiques: 

     

    • L’assemblée nationale, émanation du peuple libre a été dissoute, le 26/05

    • La cour constitutionnelle garante des droits et libertés dissoute, le 29/06

    • la constitution, loi fondamentale qui consacre la république est  remise en cause, par la suppression de plusieurs dispositions.

    •  les leaders politiques harcelés, pourchassés, y compris en essayant de mettre à contribution des organes juridiques  de  niveau international comme « Interpol »,

    • des procédures judiciaires orchestrées en boucle contre les opposants politiques et les défenseurs de la démocratie, des droits et libertés.

    • Les acteurs majeurs de la société civile et les défenseurs de la démocratie  sont enlevés, séquestrés et embastillés au mépris des règles les plus élémentaires du droit

    • le refus de reconnaitre la validité des décisions des juges non inféodés à sa cause,

    • la presse est muselée, des journalistes sont emprisonnés régulièrement et menacés au quotidien.

    •  le défi affiché publiquement par  Tandja à l’égard de la communauté internationale  et qui sonne comme un mépris des principes  protocolaires régissant les relations internationales.

     

    Pour toutes ces raisons, les citoyens nigériens résidant en Europe,

     

    •    apportent leur soutien sans faille à la lutte des forces démocratiques et de progrès, réunies au sein de la coordination des forces pour la démocratie et la République au Niger (CFDR),

    •    invitent tous les partis politiques véritablement soucieux de la préservation d’un cadre démocratique de liberté et de droit, de s’abstenir de participer aux simulacres d’élections envisagées dans le cadre de la constitution de parjure,

    •    demandent au peuple nigérien de se mobiliser davantage et de se lever comme un seul homme pour mener la lutte avec plus de visibilité au plan intérieur en vue de la restauration et de la préservation des valeurs et principes démocratiques contenues dans la constitution légitime du 09 aout 1999,

    •      se  félicitent  des prises de position sans ambigüité des Etats-Unis d’Amérique, du Canada, du Danemark, de L’Union Européenne, ainsi que pour la première fois de la CEDEAO.

     

    Conscients de la dérive autoritaire du pouvoir actuel de Niamey, le CERDN lance un appel solennel à la France et à toutes ses institutions, afin de réaffirmer son rejet du coup d’Etat constitutionnel, à l’instar des Nations Unis, de l’Union Européenne, de la CEDEAO et des Etats-Unis, pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, dans le cadre des dispositions de la loi fondamentale du 9 Août 1999.

     

    Aussi les citoyens nigériens résidents en France lancent un vibrant appel en direction du peuple et du gouvernement français afin d’apporter un soutien ferme et résolu aux forces démocratiques nigériennes dans leur lutte contre le parjure, l’arbitraire et la dictature.

     

    La coordination européenne pour la sauvegarde de la démocratie au Niger(CERDN) invite par voie de conséquence la France, grande Nation démocratique et de Valeurs Républicaines, à prendre toutes ses responsabilités devant l’histoire.

     

    Par coordination européenne pour la sauvegarde de la démocratie au Niger(CERDN)

     

    Fait à Bruxelles  le 20 aout 2009

     

    Copie :

     

    • Présidence de la République Française,

    • Présidence de l’Assemblée Française,

    • Présidence du Parlement Européen,

    « COORDINATION POUR LA SAUVEGARDE DE LA DEMOCRATIE AU NIGER (C.S.D / France)Un sommet extraordinaire le 5 septembre »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,