• China mining company causes unrest in Niger

    Assoifé en ressources la Chine élargit ses activités minières au Niger, les rebelles touaregs disent que la Chine enrichi un gouvernement corrompu au détriment des populations locales

    Les femmes touarègues d'Azalik ont déclarées la guerre à la Chine. Comme leurs ancêtres, une fois qu'ils tiraient leur vie en vendant le sel-séché . Tout a changé l'an dernier, lorsque le gouvernement a signé des contrats avec l'International Nuclear Chine Uranium Corporation (Sino-U) pour l'exploration de l'uranium. Laissés sans moyens de subsistance, et aucune compensation, une centaine de femmes sont réunis pour lancer des pierres sur des machines de mines. 

    "Guerre Maintenant, il est éternel, dit Tinatina Salah, leurs 50 ans, ancien chef, qui cherche toujours l'indemnisation pour la perte de son sel

    Sa terre contient l'un des plus grands gisements d'uranium, et Niger est le sixième plus grand producteur d'uranium en 2008. En tant que gourmand en ressources Chine élargit ses participations ici, des groupes locaux et touareg dirigé par l'opposition politique sont exprimant ses inquiétudes sur l'investissement chinois au greffe de l'État Sahraoui industrie minière monté. 

    Autorités nigériennes dirigé par le président Mamadou Tandja, renversé le mois dernier par un coup d'Etat militaire, a attribué un nouveau cycle d'exploration et d'exploitation à des sociétés étrangères à partir de 2007, pour l'uranium, l'or, l'argent et du pétrole dans le désert du nord du Niger. 

    Malgré les milliards de dollars répandant dans le pays, cependant, les rebelles touaregs accusent l'administration de M. Tandja et les sociétés minières de négliger le développement dans le Nord, qui est un bastion touareg. Les Touaregs sont en grande partie l'organisation rebelle du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ), qui a combattu les troupes du Niger et saboté les opérations minières chinoises jusqu'à l'année dernière, veut la population locale d'avoir un plus grand contrôle sur les ressources.

    Tout ce qui est nuisible sur l'investissement chinois 

    Un boom économique alimente le push douce de la Chine pour les contrats miniers en Afrique............... 

    Touaregs sont particulièrement irrité par des investissements chinois dans l'uranium et du pétrole. Pour les Touaregs, les 300 millions de dollars SOMINA mine d'uranium à l'avant-poste du désert de Azalik, en raison de commencer à produire plus tard cette année, est venue à représenter tout ce qui est nuisible sur l'investissement chinois au Niger. 

    Le mois dernier, les travailleurs du Niger - dont beaucoup sont des Touareg - a dénoncé les conditions dans une déclaration écrite à SOMINA, affirmant qu'il ressemblait à «une colonie chinoise». Ouvriers nigériens dorment dans des dortoirs, séparément des travailleurs chinois. Les chambres sont situées à proximité illégal de ciel ouvert les mines d'uranium, et les nigériens souffrent de diarrhée chronique à cause d'un approvisionnement en eau insalubre, le document chargé. Trouble de la mine a entraîné Azalik d'être mentionnés dans le nord du Niger comme «Guantanamo». 

    Malgré de mauvaises conditions, la mine offre une chance convoité au travail. Mais de plus les habitants frustrant, SOMINA emploie des centaines de ressortissants chinois et les recrues ethniquement travailleurs du sud malgré la pauvreté généralisée et le chômage parmi les Touaregs locales. 

    Sino-U rapporte beaucoup de Chinois à faire des travaux que les Nigériens pourrait facilement faire ou d'être formés pour le faire», a déclaré un fonctionnaire de la prospection minière, qui est un terrain adjacent à Azalik. Il a demandé l'anonymat. 

    Le bureau de Souleymane Mamadou Abba, ministre des Mines et de l'énergie, a refusé une demande d'entrevue

    Peu d'emplois pour les riverains, et de bas salaires 

    Quel travail est disponible pour les Touaregs, est dangereux et mal rémunérés, selon Ali Idrissa, président de la coalition de groupes non gouvernementaux Rotab, qui a récemment terminé une étude sur les conditions d'exploitation minière dans le Nord. Dur, le travail manuel, comme creuser des trous et le transport de briques sous le soleil éclatant est réservée aux travailleurs du Niger, tandis que la bureaucratie et les emplois d'ingénierie sont donnés aux travailleurs chinois. Le salaire d'un ingénieur nigérien à la chinoise terme mine à Azalik est d'environ 350 $ par mois, comparativement à 2,000 mce_markernbsp;par mois à Areva de la France. 

    Les entreprises chinoises sont «d'exploiter» la population locale touarègue dans des domaines comme Azelik, selon M. Idrissa. «Leurs terres sont expropriées et donné à la Chine aux richesses pour la mienne. Et en retour, l'emploi ne fournit même pas le minimum dont ils ont besoin pour soutenir leurs familles», dit-il. 

    Pendant ce temps, dirigeants de sociétés minières chinoises refusent invitations de la part des élus locaux pour discuter des conditions s'améliorent. «Le [chinois] compagnie à Azalik ne respecte même pas la région, les élus locaux", explique Idrissa. «Ils ne reçoivent même pas." 

    «Ils disent qu'ils n'ont pas à répondre à nous parce qu'ils ont une communication directe avec le gouvernement central», ajouteMohamed Mamane Illo, un ancien rebelle touareg et élu conseiller d'Ingall. 

    En plus de celles de la mine d'uranium à Azalik, les plaintes s'accumulent contre un accord 5 milliards de dollars a frappé l'an dernier par Etat China National Petroleum Corporation (CNPC) pour pomper du pétrole du bloc Agadem en échange de la construction au pays sa première huile raffinerie à Zinder. CNPC a versé un bonus de 272 millions de dollars de signature à l'administration de Tandja, qui avait nommé son propre fils Ousmane en tant qu'attaché commercial à l'ambassade du Niger à Hong Kong, une ONG aller dire a aidé les entreprises chinoises les faveurs de l'ex-président africain. 

    By Hannah Armstrong

    Traduction : google-traductor 

    Originalhttp://www.csmonitor.com/World/Africa/2010/0329/China-mining-company-causes-unrest-in-Niger

    « Sahel : une crise alimentaire dévastatrice ?Situation au Sahel : rencontre à Alger des responsables des services de renseignements de la région »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,