• Areva profite de l’état d’urgence au Nord du Niger pour valider son énorme projet minier d’Imouraren

    Areva profite de l’état d’urgence au Nord du Niger pour valider son énorme projet minier d’Imouraren

    Le vendredi 16 mai, Areva a organisé à Agadez, au Nord du Niger une « audience publique et un atelier de validation de l'étude d'impact environnemental » de son nouveau projet minier : Imouraren (4 000 tonnes par an en 2012).

    Suite au déclenchement d'une rébellion armée en 2007, l'état d'exception est décrété sur la région d'Agadez. Tous les pouvoirs sont donnés à l'armée : exécutions sommaires ciblées, arrestations arbitraires, destruction des moyens de subsistance des nomades, populations déplacées, ONGs interdites, radios et presse muselées, sont le lot quotidien des habitants de la région... Cette « audience » est un écran de fumée. Areva profite de cette situation : qui osera, dans un tel contexte, venir exprimer son désaccord avec le projet du géant nucléaire qui agit en toute impunité avec la bénédiction du pouvoir central nigérien !?

    Des manœuvres sournoises ont été opérées pour limiter la participation de certaines structures dans la tenue et la conduite des audiences. En effet, le Comité Ad-hoc, pourtant missionné en 2006 par le ministère de l'Hydraulique, de l'Environnement, a été mis à l'écart par un arrêté du ministère des Mines et de l'Energie du Niger pris en avril 2008, ce qui est certainement le résultat d'arrangements avec le géant nucléaire français. De plus, le volumineux rapport provisoire de l'étude d'impact environnemental du projet d'Areva est volontairement rendu inaccessible. La majorité des participants à cet atelier n'ont pas eu accès à ce dernier, puis le temps imparti pour sa consultation a été sciemment réduit. Enfin, il n'y a eu aucune contre-expertise scientifique indépendante permettant aux participants d'opérer un choix ou d'émettre des avis conséquents sur un projet aussi énorme.

    Des milliers d'éleveurs, maraichers, artisans, acteurs économiques sont directement menacés par la future mine d'Areva : spoliation des terres agro-pastorales, destruction de la faune et de la flore, contamination de l'air, contamination radiologique, épuisement et pollution de la nappe phréatique, pollutions annexes innombrables et destruction irrémédiable du tissu socioéconomique... Les populations autochtones et les ouvriers subissent déjà depuis 40 ans les conséquences désastreuses des activités minières de la société à Arlit et Akokan.

    Obtention du Certificat de Conformité Environnementale pour le Projet Imouraren 02/08/2008
    Communiqué d'Areva - 31 juillet 2008

    Confirmant les conclusions de l'atelier de validation qui s'était tenu du 19 au 21 mai derniers à Agadez(lire ci-dessus), dans le nord du Niger, les autorités nigériennes, en la personne du directeur du Bureau d'Evaluation Environnementale et des Etudes d'Impact (BEEEI), ont officiellement remis à AREVA, mardi 29 juillet, un Certificat de Conformité Environnementale pour le Projet Imouraren. Signé par le Ministre de l'Environnement et de la Lutte Contre la Désertification, ce document fait partie intégrante du dossier pour le permis d'exploiter (PEX) dont la demande a officiellement été déposée le 15 mai dernier. Une décision des autorités en faveur de l'attribution du PEX ouvrirait la voie aux investissements massifs prévus pour le site (près de 1,2 milliards d'euros sur les trois premières années) et au lancement des premiers travaux d'envergure. Prévu pour débuter à partir de 2012, l'exploitation du gisement d'Imouraren devrait produire à terme près de 5000 tonnes d'uranium par an et devenir la deuxième plus grande mine d'uranium à ciel ouvert au monde.

    Source:Areva ne fera pas la loi au Niger

    « Industries Extractives au NigerSur le site du MNJ »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,