• Alger abrite jeudi une réunion entre le gouvernement malien et les rebelles touareg

    Alger abrite jeudi une réunion entre le gouvernement malien et les rebelles touareg
    ALGER, 25 août (Xinhua) -- Les représentants du gouvernement malien et du groupe touareg du 23-mai de la région de Kidal se retrouveront à partir de jeudi dans la capitale algérienne pour " aller de l'avant" dans l'application de l'Accord d'Alger, signé il y a deux ans pour instaurer la paix dans cette région du nord du Mali et aider à son développement.

    Cette réunion durera "deux ou trois jours", a indiqué à l'agence de presse algérienne APS le facilitateur algérien Abdelkrim Ghrieb.

    Cette réunion regroupera "les gens de l'Alliance ( démocratique du 23-mai pour le changement), le gouvernement malien et les médiateurs algériens", a-t-il précisé.

    L'objet de la réunion est de "faire le point pour voir où nous en sommes en ce qui concerne la confirmation du cessez-le-feu qui est effectif actuellement, les commissions que nous avons installées pour prévoir le retour des familles déplacées, le problème des mines et la libération des détenus de part et d'autre ", a-t-il précisé.

    "Parmi les détenus il y a déjà un groupe (de 21 soldats) qui ont été libérés (le 16 août) et trois autres qui ont été relâchés dimanche, grâce à la médiation algérienne", s'est-il félicité.

    L'application de l'Accord d'Alger, signé le 4 juillet 2006, " s'était poursuivie durant une année, avec notamment le début de l'installation des unités spéciales et le retour de 3 000 personnes qui étaient dans les maquis", a ajouté Abdelkrim Ghrieb.

    Il a affirmé que l'Accord d'Alger est "complet et traite tous les problèmes de Kidal : sécuritaires, sociaux et économiques".

    Ce texte, a-t-il indiqué, "est devenu une loi car il a été adopté par l'Assemblée nationale du Mali, donc le gouvernement malien se réclame de lui, les différents groupes touareg aussi le reconnaissent et quasiment tous les pays voisins et les pays occidentaux, ainsi que l'Union européenne, l'appuient".

    Les rebelles touareg opérant dans la région de Kidal, dans l'extrême nord du Mali, revendiquent de meilleures conditions de vie dans le Nord-Mali, désertique et démuni en dépit des efforts déployés par le gouvernement malien. Ils avaient attaqué en mai 2006 deux camps militaires à Kidal pour se faire entendre, emportant avec eux des munitions et des vivres, pour ensuite se réfugier dans les montagnes de Teghargat, à la frontière algérienne, ont indiqué des médias.

    Suite à cette situation de crise, un accord a été signé à Alger entre le gouvernement malien et les rebelles dont une frange dirigée par Ibrahim Bahanga multiplie toujours les attaques et les enlèvements.

    Source:Xinhua
    « NIGER: Joyandet plaide pour Moussa KakaSharing Desert World in Songs of Survival »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,